À Tourcoing

La Plaine Images prend un nouveau virage

Publié dans l'édition Nord N. 8747 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article


 

 

D.R.

La superficie actuelle du site est de 20 000 m². À terme, elle sera de 40 000 m².

Les 20 000 m² de l’ancienne friche réhabilitée ne suffisent plus à accueillir la nouvelle vague de start-up prête à déferler sur Tourcoing. «Il y a de plus en plus de demandes d’implantation d’entreprises sur les 12 derniers mois, mais l’espace est déjà occupé à 97%», explique Pascale Debrock, directrice de la Plaine Images. Le site prévoit donc de doubler sa surface. Cette fois, il ne s’agit plus de réhabilitation mais de construction : de nouveaux bâtiments neufs vont sortir de terre à commencer par le Link. Ce premier immeuble de 2 000 m² – sur quatre plateaux divisibles – verra le jour en octobre 2016. Au total, 20 000 m² supplémentaires seront disponibles pour accueillir les nouvelles entreprises. «Il y a une vrai logique de cluster : une entreprise souhaite s’implanter car tel ou tel acteur y est déjà, la Plaine Images devient un lieu de référence», se réjouit la directrice du site.

 

D.R.

Le Link, le premier immeuble neuf, ouvrira en ocotbre 2016.

Les pépites explosent. Depuis 2010, 8,7 M€ ont été levés par les entreprises de la Plaine Images, à l’instar de Clic and walk – deuxième levée de fonds à 3,5 M€ et une entrée sur quatre nouveaux marchés internationaux –, A-Volute, 1,7 M€ et B-Mobile, 1 M€ également. Pour d’autres, la croissance progressive s’accompagne d’un plan de recrutement. «Il faut pousser les murs car il y a de plus en plus d’embauches. L’objectif est aussi que tout le monde se croise pour être encore plus innovants», indique la directrice du site.

Une école au cœur des entreprises, pari risqué ? Depuis septembre 2014, l’école Pôle 3D, qui forme aux métiers du film d’animation 2D, 3D et du jeu vidéo, s’est installée à la Plaine Images. L’enjeu ? «Créer un trait d’union entre l’éducation et l’entreprise», explique le directeur de l’école, Jean Taddei, avant d’ajouter : «Nous sommes obligés de nous rencontrer pour imaginer.» Pour relever ce défi, l’école – qui compte 260 étudiants – a créé des factories, lieux d’incubation et de développement de projet en lien direct avec les studios et le monde économique. Symbole d’une synergie entre ces deux mondes : la start-up Enigami, spécialisée dans le développement de médias vidéoludiques, compte parmi ses 20 salariés 6 jeunes issus de Pôle 3D. Certains ayant même été recrutés en plein cursus. L’équipe d’Enigami qui vise les marchés internationaux grâce à son contrat signé récemment avec l’éditeur français, Focus Home Interactive, se dit «fière de travailler avec ces jeunes talents».

La Plaine images en chiffres :

− 90 entreprises

− 1 380 salariés, chercheurs et étudiants

− 24 projets en incubation et 20 projets accompagnés en accélération en 2015 (contre 13 et 14 en 2013)

− 8 750 000 euros levées par les entreprises (depuis 2010)

− 17 projets de recherche, dont 13 financés par l’appel à projets iCAVS et un quart en collaboration avec des partenaires industriels