De nouvelles implantations sur le parc Ecopolis (Tincques)

Une mise au vert qui séduit les entreprises

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9557 par

La communauté de communes de l’Atrébatie enregistre d’excellentes nouvelles au niveau de son développement économique. En effet, deux entreprises viennent d’intégrer son bâtiment relais et deux autres ont choisi de s’implanter sur la zone d’activité Ecopolis.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Le bâtiment relais n’a pas tardé à séduire son public. Il héberge trois entreprises et affiche complet.

Ça bouge du côté du parc d’activité Ecopolis de Tincques. À peine six mois après le lancement de la commercialisation, le bâtiment relais, réalisé par la communauté de communes de l’Atrébatie, affiche complet. Edifié afin de répondre aux attentes du tissu artisanal, cet outil BBC modulable de 800 m² (600 m² d’ateliers et 200 m² de bureaux) n’a pas tardé à séduire son public. « Nous voulions proposer une offre diversifiée, correspondant aux attentes des professionnels du territoire. Nous avions déjà des bureaux au sein de la plate-forme multiservice destinés aux sociétés évoluant dans le domaine tertiaire. Nous avons dégagé des disponibilités foncières pour les industriels sur le parc Ecopolis. Le bâtiment relais vient compléter le dispositif et satisfaire des petites entreprises en phase de développement« , explique Tony Quéval, directeur général adjoint à la communauté de communes de l’Atrébatie.   

Dès l’ouverture au début de cette année, un premier bail a été signé avec la société d’aide à la personne Azaé. Cette dernière a été rejointe en août par Tell’cobois, entreprise de construction bois, ainsi que par un jeune créateur qui a lancé une activité en lien avec la parfumerie.

400 salariés travaillent sur Ecopolis. Autre bonne nouvelle, deux entreprises du secteur ont souhaité s’agrandir et elles sont en train de concrétiser un projet immobilier sur le parc Ecopolis. L’Artésienne de construction mécanique (ACM), spécialisée dans la fabrication de vis d’Archimède, quitte Bienvilliers-au-Bois pour poursuivre son essor du côté de Tincques. Elle intégrera un espace de 3 800 m² (se dotant d’un atelier de 2 800 m², de bureaux et d’un showroom). Elle emploie à ce jour 17 personnes et l’effectif devrait passer à 25 à terme. Les Portails de Haut de France ont également engagé la construction d’un bâtiment sur cette zone économique. Basée historiquement à Tincques, cette entreprise manquait de place et, devant la montée en charge de son activité, son dirigeant a opté pour une installation sur Ecopolis.

Désigné par la Région « pôle d’excellence rurale » sur les bâtiments intelligents et la construction durable, ce parc d’activité a tenu toutes ses promesses et cela s’explique par plusieurs raisons. Tout d’abord, il jouit d’une situation géographique de choix et il s’imbrique à merveille dans un cadre bucolique. Par ailleurs, les investisseurs sont séduits par les services d’accompagnement offerts par la communauté de communes de l’Atrébatie à de multiples niveaux, que ce soit en matière d’ingénierie, dans la recherche de financement ou en ce qui concerne l’aide au recrutement.     

Depuis 2009, le parc est monté en puissance et on y recense pas moins de 400 emplois aujourd’hui. Il ne reste que 2 hectares disponibles sur les 15 initiaux. Les élus réfléchissent évidemment à une éventuelle extension, qui pourrait porter sur 5 hectares.