Premier Salon de l’écoconstruction à Tincques

Valoriser un savoir-faire et susciter des vocations

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9556 par

La communauté de communes de l’Atrébatie a organisé le Salon de l’écoconstruction les 3 et 4 octobre derniers. Cette filière continue de se structurer sur ce territoire rural et les savoir-faire en la matière ne cessent de croître.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Les différents exposants ont adhéré pleinement à cette initiative que constitue ce premier Salon de l’écoconstruction.

Depuis de nombreuses années, la communauté de communes de l’Atrébatie s’est investie sur le champ des économies d’énergie et de l’écoconstruction. La structure intercommunale a favorisé l’implantation d’éoliennes sur son territoire et la manne financière qu’elles génèrent est réinvestie afin de réhabiliter les bâtiments publics de ses 27 communes, afin qu’ils soient le moins énergivores possible.

La même logique s’applique pour les constructions neuves. Afin de compléter ce dispositif vertueux, la Communauté de communes a choisi également de former les professionnels présents sur son territoire avec un objectif : qu’ils soient à la pointe en matière d’écoconstruction. Bâtiments BBC, passifs, labellisation RGE, les entreprises locales du BTP sont montées en puissance en termes de qualifications et elles ont pu le démontrer lors du  Salon de l’écoconstruction qui s’est tenu, les 3 et 4 octobre derniers, sur le parc Ecopolis, symbole de cette révolution technique et technologique qui touche le secteur du bâtiment.

Des opportunités professionnelles. Le Salon, qui a réuni une vingtaine d’exposants, s’adressait aux particuliers qui ont pu se familiariser avec les écomatériaux et recueillir de précieux conseils. Réalisation de maisons en ossature bois, isolation par l’extérieur, isolants écologiques…, le secteur de l’écoconstruction se situe en pleine évolution et s’inscrit pleinement dans la logique de la troisième révolution industrielle.

Pour les entreprises, il s’agissait bien évidemment de faire connaître leurs savoir-faire et de décrocher d’éventuelles commandes. La rénovation de l’ancien permet de mobiliser des subventions et différents partenaires ont pu présenter les dispositifs existants.  

La manifestation visait aussi la jeunesse, avec pour mission de susciter des vocations. Ainsi, en avant-première, dès le vendredi, des collégiens ont pu rencontrer et discuter avec les exposants. Parmi eux, on notait la présence d’élèves du lycée professionnel Jacques-Le-Caron, spécialisé dans le bâtiment et les énergies durables. Ils ont effectué des démonstrations et assuré la promotion des métiers de l’écoconstruction, un secteur qui recrute et qui se situe en perpétuelle évolution. « Les métiers manuels ont souvent été décriés à tort. Aujourd’hui, il est important de réhabiliter les formations professionnelles et montrer aux jeunes qu’il existe de nombreuses opportunités en intégrant cette filière« , explique Tony Queval, directeur général adjoint à la communauté de communes de l’Atrébatie.

Ce premier rendez-vous a connu un vif succès, accueillant plus d’un millier de visiteurs. Bien entendu, la volonté est de renouveler l’expérience et de pérenniser cette action, qui cadre pleinement avec la stratégie de développement de la communauté de communes de l’Atrébatie.