CHARPENTIER DES FLANDRES, À MÉTEREN

Le gérant investit dans une start-up du bois

Publié dans l'édition Nord N. 8767 par

Charpentier des Flandres est une entreprise familiale dont le cœur de métier est la fabrication de charpentes en bois. Créée en 1935 par Jules Westrelin à Méteren, en Flandre, l’entreprise a été rachetée par Benoît Boulet en 2002. En quatorze ans, le gérant a embauché treize personnes, fait construire à l’extérieur de la ville un […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

"Nous travaillons actuellement beaucoup pour la rénovation" explique Benoît Boulet, gérant de Charpentier des Flandres.

Charpentier des Flandres est une entreprise familiale dont le cœur de métier est la fabrication de charpentes en bois. Créée en 1935 par Jules Westrelin à Méteren, en Flandre, l’entreprise a été rachetée par Benoît Boulet en 2002. En quatorze ans, le gérant a embauché treize personnes, fait construire à l’extérieur de la ville un bâtiment de 1 500 m² et a diversifié son offre avec les ouvrages en lamellé collé, les constructions à ossature bois, la rénovation et les ouvrages spéciaux. En 2015, cependant, son chiffre d’affaires a chuté de 500 000 euros. De quoi faire réagir le chef d’entreprise. 

Nonobstant le contexte atone de la construction, Benoît Boulet vient d’investir dans une start-up du bois, le propulsant ainsi business angel de la forêt. L’objectif est de mettre en relation des investisseurs, principalement forestiers, avec des porteurs de projets à fort potentiel de développement dans le domaine du bois. “Nous aimerions entre autres que chaque propriétaire identifie et recense ses variétés d’arbres, explique le gérant qui travaille pour sa part en grande partie avec le négoce et importe ses sapins d’Allemagne ou de Belgique. De telle sorte que nous, les transformateurs du bois, sachions où trouver des chênes, des frênes, des hêtres, des peupliers ou des sapins. Il n’est pas normal aujourd’hui que le bois constitue en France le cinquième poste déficitaire du commerce extérieur, avec près de 6 milliards d’euros.” En France, le bois est une des seules filières qui exporte des matières premières et qui importe des produits finis.

D.R.

L'entreprise de Méteren compte 19 salariés, dont 4 affectés au bureau d'études.

Naissance de Forinvest Business Angels. Suite au constat fait par l’ensemble des acteurs de la filière et notamment de la fédération Forestiers privés de France sur la nécessité d’engager de gros investissements dans cette branche pour gagner des parts de marchés en France et dans le monde, et face au désintérêt des banques pour ces activités à long cycle d’exploitation, Forinvest Business Angels est né. Ce réseau national a déjà investi quatre millions d’euros dans quatorze sociétés depuis sa création en 2010, 27% dans le secteur de la première transformation à l’image des scieries, 27% dans la deuxième transformation comme le parquet, 20% dans le bois énergie, 13% dans le bois de construction et 13% dans la chimie verte. Après cinq années d’existence, le réseau compte plus de 160 membres investisseurs, convaincus de la ressource stratégique du bois et des opportunités que cette filière peut créer. “400 000 personnes travaillent dans la filière bois en France ; en Allemagne, c’est le double”, conclut Benoît Boulet.

 

Lucy DULUC