REMISE DES LABELS CIT’ERGIE

“Montrer que les objectifs de transition énergétique et écologique sont possibles et durables”

Publié dans l'édition Nord N. 8766 par

  19 collectivités ont reçu le label Cit’ergie lors des Assises européennes de l’énergie organisées à Dunkerque fin janvier. L’occasion de faire un point sur l’intérêt de cette démarche avec Bruno Léchevin, président de l’ADEME, instigateur du label il y a dix ans.  La Gazette. Qu’est-ce que le label Cit’ergie ? Bruno Léchevin. C’est un […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

19 collectivités ont reçu le label Cit’ergie lors des Assises européennes de l’énergie organisées à Dunkerque fin janvier. L’occasion de faire un point sur l’intérêt de cette démarche avec Bruno Léchevin, président de l’ADEME, instigateur du label il y a dix ans. 

La Gazette. Qu’est-ce que le label Cit’ergie ?

Bruno Léchevin. C’est un processus très méthodologique qui vise des objectifs très ambitieux, qui doit se développer dans la durée dans toutes les problématiques de la transition énergétique. C’est un label qui est contrôlé, vérifié, et qui est à renouveler chaque année. Obtenir ce label demande un vrai engagement d’actions dans la durée, avec des réalisations concrètes. Le label est suivi par des services de l’Ademe pour être pérennisé et voir s’il y a possibilité d’accéder au niveau supérieur, jusqu’au label Gold.

Est-ce plus facile aujourd’hui de développer Cit’ergie ? De plus en plus de territoires s’engagent dans la transition
énergétique : le label est un plus dans cette dynamique. On est dans un processus d’accélération, d’amplification, il faut donc qu’il y ait de plus en plus de collectivités qui s’engagent. Aujourd’hui, on a 100 collectivités labellisées, c’est un cap. Cela représente 10 millions d’habitants, 15% de la population qui couvrent le label. Il y a des grosses villes, des petites, des communautés de communes, mais aussi l’outre-mer… Il y a une vraie diversité.

Pourquoi une collectivité doitelle se lancer dans Cit’ergie ? Parce que c’est un outil méthodologique d’accompagnement sur des objectifs transverses globaux de transition énergétique, cohérents, avec un accompagnement global, que ce soit technique ou
financier. Et puis ça booste les résultats parce que c’est exigeant.

Et qu’est-ce qu’elles y gagnent ? Elles y gagnent une fierté, une motivation, une mobilisation de l’ensemble des acteurs de la commune… Sans oublier que ça permet de montrer à la population que les objectifs de transition énergétique et écologique sont possibles, durables. C’est un beau projet global de société. C’est un processus d’intérêt général, au bénéfice de tout le monde. 

Les lauréats Cit’ergie 2016 12 collectivités ont été labellisées Cit’ergie : Equeurdreville-Hainneville (18 000 habitants), Lorient (57 000 habitants), Malaunay (6 000 habitants), Nantes (288 000 habitants), Poitiers (88 000 habitants), Lyon (1 340 000 habitants), la communauté d’agglomération de Besançon (177 000 habitants), la métropole de Nantes (594 000 habitants), la communauté d’agglomération de Lorient (206 000 habitants), la communauté d’agglomération de Poitiers (139 000 habitants), et la métropole de Nice-Côte d’Azur (532 000 habitants). 7 collectivités ont été labellisées CAP Cit’ergie : Annecy (53 000 habitants), Baie-Mahault (31 000 habitants), Caen (109 000 habitants), Delle (6 000 habitants), Saint-Nazaire (66 000 habitants), la communauté d’agglomération de Cap Excellence (107 000 habitants) et la communauté d’agglomération d’Angoulême (105 000 habitants).

Stéphanie ABJEAN