ePlankton à Villeneuve-d’Ascq

Stimuler les échanges en entreprise pour concevoir des innovations

Publié dans l'édition Nord N. 8764 par

On pourrait qualifier Maxence Dhellemmes de scientifique idéaliste dans un corps de chef d’entreprise. Passionné de relations humaines et d’ouvrages sur le bien-être, il a décidé de lancer ePlankton dans le but de créer des communautés positives de collaborateurs pour faire émerger des innovations dans l’entreprise.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Maxence Dhellemmes.

Maxence Dhellemmes.

Pour accompagner le changement, Maxence Dhellemmes ne prône pas la «réunionite aiguë» mais préconise de partir d’observations via un logiciel qui stimule les échanges dans les entreprises.

Réinventer la boîte à idées. C’est sur ce postulat que Maxence Dhellemmes a créé ePlankton en septembre 2014. Le principe ? Un logiciel qui permet aux collaborateurs d’améliorer les offres actuelles et de concevoir les offres de demain. Fruit de plusieurs années de recherche en management de l’innovation, de sociologie, de psychologie et d’intelligence artificielle, le logiciel a déjà été testé par les sociétés Bardahl (La Madeleine et Tournai) et Pas-de-Calais habitat.

Maxence Dhellemmes n’en est pas à sa première création : il avait déjà imaginé Lil’UP en 2001 – devenue ensuite Actémis – spécialisée dans l’accompagnement à l’innovation stratégique et financier. S’en est suivie une période à l’étranger, consacrée à la rédaction d’ouvrages et à la structuration de ePlankton. «C’est un mix entre le digital et l’humain, une sorte de réseau neuronal créé avec une équipe de 13 personnes : sociologue, médecin, docteur en biologie…», explique-t-il. Via l’interface du logiciel, les collaborateurs peuvent noter leurs observations de terrain, ce qui permet aussi d’analyser le bien-être des salariés. Sur la base d’un abonnement, il est donc possible pour chaque société de créer sa communauté.