Les Hauts-de-France face aux défis de la Silver Economie

Publié dans l'édition Nord N. 8771 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

La Silver Economie représente un marché potentiel de 130 milliards d’euros à l’horizon 2020.

La Région continue d’organiser sa filière autour de la Silver Economie, un impératif démographique autant qu’une aubaine économique. Le recensement des acteurs et l’identification des priorités ayant été effectués, reste à encourager l’innovation. 

La Silver Economie est plus que jamais présentée comme la grande filière d’avenir en France, et donc dans la région. Représentant un marché potentiel de 130 milliards d’euros à l’horizon 2020, selon les estimations, le domaine aiguise en effet bien des appétits, d’autant qu’il est particulièrement transversal. Sont concernés des secteurs aussi divers que le matériel médical et paramédical bien entendu, mais aussi le textile, les aides techniques, le bâtiment ou les nouvelles technologies. Des domaines variés, dont les acteurs ont besoin d’être coordonnés pour avancer dans le même sens, d’autant plus qu’ils rencontrent les mêmes problématiques en termes de difficultés de financement de l’innovation, de communication auprès de leur cible ou de distribution. Favoriser l’éclosion d’un écosystème en région, c’est aussi, à terme, créer des emplois, souligne Brigitte Mauroy, conseillère régionale : “La Silver Economie, aujourd’hui c’est 400 entreprises et 8 000 salariés directs. On en attend 15 000 de plus dès 2020 et, à terme, c’est 100 000 emplois directs et indirects qui sont visés dans la région.” La Région veut donc faire bouger les lignes, en accompagnant entreprises et organismes publics pour contribuer à l’organisation de la filière, et se placer ainsi en chef de file au niveau européen. Rendez-vous est déjà pris en février 2017 à Lille, qui accueillera Ageing Fit, une convention européenne autour de la Silver Economie, lancée par Eurasanté et le pôle NSL (Nutrition Santé Longévité). Une plate-forme mêlant présentations d’innovations et conférences, propice à la rencontre entre d’éventuels partenaires financiers ou commerciaux. L’événement devrait ensuite devenir régulier en Hauts-deFrance. Mais dès aujourd’hui, un certain nombre d’initiatives et de projets sont lancés, estampillés “Silver Economie” pour accélérer le phénomène.
Le rôle du CHRU. Avec deux expérimentations en cours, le CHRU de Lille, au travers de son service gérontologie (425 lits, 500 salariés), en partenariat avec le Clubster Santé, est à la pointe en termes d’innovations. Les deux projets du service, baptisés “Silver Room“ et “Hospihome Concept“, entendent répondre aux défis du vieillissement, en assurant un maximum de confort aux personnes âgées et à leur entourage. Avec un objectif : respecter le souhait, largement partagé, du maintien à domicile le plus longtemps possible. Des expérimentations sont donc menées en termes de matériel et de services auprès des patients du service. “Avec le vieillissement de la population, la question de la dépendance est de plus en plus problématique, explique François Puisieux, chef du service gérontologie au CHRU de Lille. Avec le temps, il y aura de plus en plus de personnes dépendantes et de moins en moins d’aidants. Il nous faut donc inventer des solutions pour le maintien de l’autonomie des personnes âgées, et du lien social, qui est primordial pour elles. C’est à nous de répondre à ces besoins et à ces attentes, en inventant l’Ehpad du futur, en collant au plus près aux attentes de nos usagers. On peut très bien imaginer apporter aux personnes les services et les soins d’un Ehpad chez elles, par exemple.”Conseil des seniors. Quantité de formules sont encore à inventer, mais cela ne se fera pas sans le concours des principaux concernés. La Région travaille donc à mettre en place un “conseil des seniors”, un panel consultatif qui aura pour mission de tester et d’évaluer les différents services ou innovations mis au point pour les personnes âgées. Le conseil examinera plusieurs critères comme la pertinence par rapport à un besoin existant, le coût ou l’adaptabilité. Il devra également réfléchir à des axes de développement dans le domaine de la Silver Economie. En tout, une dizaine de projets comparables ont été identifiés dans la région. Autant de laboratoires où pourrait s’inventer la société et les emplois de demain.

Jeanne MAGNIEN