DE LILLE À LAS VEGAS, PHOCEIS IMPRESSIONNE

#Choose, la première chaussure connectée au monde

Publié dans l'édition Nord N. 8768 par

Imaginée par Phoceis et rapidement adoptée par la marque Eram, #Choose change de couleur au gré des tenues et des envies. Retour sur une innovation lilloise unique. Tout commence en janvier 2015 lors d’un brainstorming de l’équipe Phoceis. Une cinquantaine d’idées fusent sur la chaussure connectée. Parmi elles, une seule est retenue : une chaussure […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Conçue par Rudy Houque, responsable innovation chez Phoceis, la chaussure connectée change de couleur en quelques secondes.

Imaginée par Phoceis et rapidement adoptée par la marque Eram, #Choose change de couleur au gré des tenues et des envies. Retour sur une innovation lilloise unique.

Tout commence en janvier 2015 lors d’un brainstorming de l’équipe Phoceis. Une cinquantaine d’idées fusent sur la chaussure connectée. Parmi elles, une seule est retenue : une chaussure pilotée par une application smartphone, à base de textiles intelligents qui changeraient de couleur. Pas question d’un simple gadget : “l’intérieur de la basket contient un microcontrôleur, une batterie, une puce Bluetooth ainsi qu’un led de trois couleurs”, indique Rudy Houque, responsable innovation chez Phoceis. Sur l’application reliée à la chaussure aux allures de Stan Smith (modèle d’Adidas), plusieurs couleurs sont proposées ainsi qu’une option permettant de flasher et d’enregistrer toutes sortes de teintes. “La démocratisation de la micro-électronique et les dernières avancées technologiques en termes de textiles intelligents m’ont permis de réaliser le hardware intégré dans la semelle et l’application mobile pour la contrôler en Bluetooth”, résume le génie de l’électronique. Charmée, la marque Eram se positionne sur le dossier en février 2015, soit quelques semaines seulement après la naissance du projet. Cette idée un peu folle, il faut l’avouer, remporte l’appel à candidatures New Shopping Expérience (NSE), un premier succès. Le premier prototype de la chaussure est dévoilé lors du salon VAD Connext en octobre dernier et provoque un certain engouement. “Nous avons été agréablement surpris de l’appétence pour le produit. Près de 500 personnes sont venues sur notre stand et plusieurs nous ont convaincu de participer au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas. Alors on s’est dit : pourquoi de ne pas tenter ?”, se souvient Rudy Houque. Le soutien de la CCI Grand-Lille permet à Phoceis de rejoindre la délégation française à la dernière minute à Vegas. “Ça a été une superbe expérience et les Fançais ont très bien été représentés”, se réjouit l’intéressé. À son retour, l’agence a un déclic : “produire la chaussure par centaines, voire par milliers”.

Phase d’industrialisation en marche. Mi-janvier, Phoceis met au point le process d’industrialisation tout en prenant en compte les différentes contraintes telles que la norme européenne (CE). La batterie de la chaussure tient actuellement 7 heures, mais la version commercialisée devrait atteindre les 10 heures d’autonomie. #Choose devrait être commercialisée avant 2017, c’est en tout cas ce qu’espère Rudy Houque : “Fin
2016, c’est un beau challenge.”

Déclinaisons en vue. Phoceis entend décliner la fibre optique sur d’autres produits de mode. “Nous sommes pas mal sollicités par des industriels qui nous demandent même de réaliser ce genre de choses sur des sacs ou des vêtements”, se réjouit l’intéressé. Pour l’heure, la start-up lilloise est la seule à proposer ce concept et ne semble pas se soucier de la concurrence : “D’autres voudront nous copier, mais nous avons de l’avance. Nous avons déjà établi une connexion entre la chaussure et l’application, on peut donc développer toutes les options (couleur pour SMS ou appel par exemple) que l’on  souhaite.” 

 Marie BOULLENGER