BOUILLON À COURRIÈRES

Des menuiseries alliant tradition et modernité

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9578 par

À Courrières, l’entreprise Bouillon a depuis 2012 investi plusieurs milliers d’euros dans un nouvel outil de production moderne et performant. L’entreprise, qui cherche aujourd’hui à se faire connaître pour développer son chiffre d’affaires et continuer  à se développer, participe pour la première fois au salon Nordbat.  Installée à Courrières sur la zone d’activité des Chauffours […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

François Christory souhaite donner à l’entreprise une tout autre dimension.

À Courrières, l’entreprise Bouillon a depuis 2012 investi plusieurs milliers d’euros dans un nouvel outil de production moderne et performant. L’entreprise, qui cherche aujourd’hui à se faire connaître pour développer son chiffre d’affaires et continuer  à se développer, participe pour la première fois au salon Nordbat. 

Installée à Courrières sur la zone d’activité des Chauffours et spécialisée dans la fabrication de portes, fenêtres et escaliers en bois, la Menuiserie Bouillon travaille les anciens modèles constructifs que sont le mouton et la gueule de loup, les cintrages et chapeaux de gendarme. L’entreprise possède une vraie expertise et œuvre régulièrement à la restauration de monuments historiques ou de bâtiments remarquables. “Nous avons changé les menuiseries de la gare LilleFlandres, celle de la gare du Nord à Paris ou encore les fenêtres de la Condition publique de Roubaix”, énumère François Christory, dirigeant de l’entreprise. Sur un marché très concurrentiel, la PME se démarque de la concurrence en proposant des produits innovants. “Nous apportons aussi une forme de modernité à nos menuiseries en proposant des assemblages bois/alu, du lamellé-collé et toute une gamme de teintes.” L’entreprise se démarque également avec son propre service pose, ce qui lui permet de ne pas dépendre de sous-traitants et de mieux maîtriser les délais d’exécution. Reconnue par ses clients pour la qualité de fabrication, l’entreprise souffre malgré tout d’un manque de visibilité. “Nous participons au salon Nordbat pour nous faire connaître des entrepreneurs du bâtiment, mais aussi des prescripteurs.” L’entreprise en profitera pour y présenter son savoir-faire, son outil de production et ses récentes réalisations.
Sauvée grâce aux salariés. Reste que l’expertise ne fait pas tout : la menuiserie Bouillon a bien failli disparaître du paysage économique régional. C’est grâce à la volonté de son dirigeant et à l’implication sans faille de l’ensemble de ses salariés que l’entreprise réussit à se sortir d’une situation difficile. “J’ai repris cette entreprise en 2012. Le cédant, partant à la retraite, ne faisait plus beaucoup de commercial”, explique François Christory. À l’époque le carnet de commandes était vide. “Je ne m’attendais pas à ce que la situation soit aussi délicate”, poursuit le dirigeant. Pour passer ce cap difficile, de gros investissements ont été entrepris, les équipes commerciales ont, quant à elles, mis les bouchées doubles pour décrocher des contrats.
En quelques années, le chiffre d’affaires, qui s’établissait à 4 millions d’euros lors de la reprise, est reparti à la croissance pour atteindre un peu plus de 5 millions d’euros en 2014. Dans le même temps, l’entreprise a embauché une dizaine de personnes pour atteindre 53 salariés et mettre en place une stratégie tournée vers la performance. “Dans le bois, les normes industrielles évoluent très vite. Grâce à notre nouvel outil et aux techniques que nous employons, nous avons pris une petite longueur d’avance sur nos concurrents”, se félicite-t-il. Aujourd’hui, les atouts de l’entreprise Bouillon sont sa réactivité, sa capacité à innover et la qualité de son personnel dont la moyenne d’âge est de 40 ans. “Il règne un bon climat au sein de notre entreprise, les hommes sont volontaires, je leur tire mon chapeau”, souligne François Christory, conscient que sans eux il n’aurait rien pu faire.

Guillaume CUGIER