SURENDETTEMENT DES MÉNAGES EN NORD – PAS-DE-CALAIS

Dossiers déposés : ‑ 8,6%, mais + 430 d’encours moyen global

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9577 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

33 351 €, c’est le montant moyen en hausse de l’endettement des foyers endettés du Nord – Pas‑ de‑Calais avec une part d’endettement immobilier. Il descend à 24 538 € hors crédits immobiliers et affiche une baisse de 392 €. Bonne nouvelle – tout est relatif ‑ : le nombre de dossiers déposés devant les commissions départementales de surendettement a baissé de 8,6 % à 20 866, soit  57 par jour !

Le nombre de dossiers de surendettement déposés en 2015 à la Banque de France en région Nord – Pas-de-Calais s’est élevé à 20 866, en diminution de  8,6 % par rapport à 2014. C’est ce qui ressort de l’enquête annuelle relative à la typologie des ménages surendettés réalisée à partir des données extraites des quelque 197 731 dossiers déclarés recevables par les commissions de surendettement du 1er janvier au 31 décembre 2015.

Recul des crédits à la consommation. La part des crédits à la consommation dans l’endettement global recule à 49,6 % en 2015, contre 55,2 % en 2014 et 59,3 % en 2013. En 2015, 18 % des dossiers recevables n’avaient aucun crédit à la consommation (15,6 % en 2013). L’endettement moyen au titre des crédits à la consommation s’est établi à 20 176 € en 2015, en baisse de près de 7 % en 2 ans. Le nombre moyen de crédits à la consommation a diminué régulièrement sur la même période, passant de 4,6 à 4,3. Les crédits renouvelables, présents en 2015 dans plus de 71,5 % des dossiers contre 74,7 % en 2013, représentent 29,2 % de l’endettement global. Leur poids relatif a diminué de 6 points en 2 ans.

Crédits immobiliers : en hausse. L’augmentation de la part des dossiers comportant un endettement immobilier (consécutif à l’acquisition d’un bien ou à la réalisation de travaux) s’est poursuivie en 2015, pour atteindre 9 % contre  8,6 % en 2014 et 7,6 % en 2013. Cette évolution est à mettre en relation avec la progression observée de la part des propriétaires et des propriétaires accédants dans les situations de surendettement déclarées recevables par les commissions. L’encours moyen de ce type de dettes (97 914 € en 2015) étant par nature supérieur à celui des autres catégories de dettes, on observe également une augmentation de 430 € de l’encours moyen global (33 351 € en 2015). Hors dettes liées à des crédits immobiliers, l’endettement moyen par dossier de surendettement s’établit à  24 538 € en 2015, soit une baisse par rapport à 2014 (24 930 €). 

Les personnes vivant seules très majoritaires. La population des ménages surendettés demeure caractérisée par la pré
dominance de personnes vivant seules – célibataires, séparés, divorcés ou veufs (59,8 %). La classe d’âge des 35 à 54 ans est la plus représentée (52,1 %). Au regard du logement, l’analyse de la situation confirme la présence majoritaire de personnes locataires (79,5 %), la part cumulée des propriétaires et des propriétaires accédants (8,6 %) stagne par rapport à 2014. D’une manière générale, le niveau des ressources des personnes surendettées demeure faible, ce qui affecte les capacités de remboursement, c’està-dire les ressources disponibles pour apurer le passif après imputation des sommes nécessaires au paiement du loyer et des charges locatives, à la subsistance du débiteur et à celle de son foyer, ainsi qu’aux autres charges courantes. Ainsi, plus d’un dossier sur deux (59 % en 2015, 59,2 % en 2014) demeure caractérisé par une absence de capacité de remboursement. Globalement, 84,9 % des situations de surendettement se caractérisent par des capacités de remboursement modestes (inférieures à 450 €) ou inexistantes. Au regard de l’emploi, l’analyse des situations fait ressortir que 29,4 % des personnes surendettées sont au chômage, 19 % n’ont pas de profession et 8,6 % se trouvent sans activité (invalidité, congé maladie de longue durée, congé parental). D’un point de vue socioprofessionnel, les employés et les ouvriers (actifs ou sans activité) sont représentés respectivement à hauteur de 34,7 % et 25,8 % parmi les personnes surendettées. Au regard des revenus, la répartition des dossiers de surendettement par tranche de revenus ne varie guère. Ainsi, 76,4 % des ménages surendettés ont des ressources mensuelles inférieures ou égales à 2 000 €. Par ailleurs, 50,9 % d’entre eux ont des ressources strictement inférieures au SMIC et 13,7 % des ressources inférieures au RSA socle.

12 Points conseil budget. A ce jour, on ne compte dans la région que 12 Points conseil budget (PCB), 8 dans le Nord et 4 dans le Pas-de-Calais. Prévus par le plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, ces Points conseil budget sont destinés à informer et à conseiller les ménages qui font face à des difficultés financières, quel que soit le niveau de leurs revenus avec notamment l’objectif de prévenir les situations de surendettement. 

Jean-Luc DECAESTECKER