Le dirigeant de Tchooss dans la tourmente

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9578 par

L’affaire a fait une double page dans l’édition boulonnaise de nos confrères de La Voix du Nord. Louis de Malet Roquefort, dirigeant de Tchooss, la société de fabrication de gaufres et de glaces – dont nous faisions le portrait dans l’édition n°9576 du 8 mars dernier – a été mis en examen en 2014 pour […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

La surface de Calais Cœur de Vie marchait plutôt bien : jusqu’à 5 000 gaufres par mois, selon l’entrepreneur

L’affaire a fait une double page dans l’édition boulonnaise de nos confrères de La Voix du Nord. Louis de Malet Roquefort, dirigeant de Tchooss, la société de fabrication de gaufres et de glaces – dont nous faisions le portrait dans l’édition n°9576 du 8 mars dernier – a été mis en examen en 2014 pour escroquerie et attend son procès le 15 juin prochain au tribunal de Montpellier. Objet de ladite mise en examen : une série de voyages aux États-Unis qui n’ont jamais eu lieu. Buddy Tours, l’agence de Louis de Malet Roquefort qui proposait ces voyages vers l’Ouest américain, n’aurait même été qu’une vitrine. 150 plaintes auraient donc été déposées en 2012 contre l’entrepreneur. Parallèlement à ces plaintes, des procédures sont en cours, engagées par les propriétaires respectifs de l’appartement de l’entrepreneur ainsi que du siège de Tchooss à Samer. L’intéressé se défend : “À votre avis, je l’ai montée pourquoi cette affaire de gaufres à Samer ? Justement parce que je n’ai pas les moyens de rembourser tout le monde, donc je me suis mis au boulot pour pouvoir le faire. Je serais resté dans mon coin, j’aurais trouvé un travail payé 1 500 € par mois : j’aurais un quotidien bien plus tranquille.” Rappelons tout de même que le chef d’entreprise est, jusqu’à l’heure du jugement au tribunal de Montpellier, présumé innocent.

Corentin ESCAILLET