RÉSEAU PLAISANCE CÔTE D’OPALE

Les gestionnaires des ports de la région partagent leurs expériences

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9579 par

Les gestionnaires de ports de plaisance maritime et fluviaux des Hauts-de-France se sont retrouvés en février dernier au port de plaisance de Gravelines, à l’invitation du Réseau plaisance Côte d’Opale et de sa chargée de mission, Sylvie Logié. Etaient présents les représentants des ports de Haumont, Valenciennes, Armentières, Wambrechies, Etaples, Boulogne, Calais, Gravelines, Dunkerque, mais […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Lors de la réunion à Gravelines.

Les gestionnaires de ports de plaisance maritime et fluviaux des Hauts-de-France se sont retrouvés en février dernier au port de plaisance de Gravelines, à l’invitation du Réseau plaisance Côte d’Opale et de sa chargée de mission, Sylvie Logié. Etaient présents les représentants des ports de Haumont, Valenciennes, Armentières, Wambrechies, Etaples, Boulogne, Calais, Gravelines, Dunkerque, mais aussi Voies navigables de France et l’agglomération Maubeuge-Val de Sambre. Préfigurant un regroupement futur des ports de plaisance, qu’ils soient maritimes ou fluviaux, cette journée a permis de constater que les inquiétudes face aux évolutions et pratiques de la plaisance s’expriment dans de nombreux domaines : tarification, redevances, taxe foncière, abandon de bateaux, listes d’attente, accidents, transferts de propriété, assermentation d’agents… Me Robert Rezenthel, docteur en droit, avocat au barreau de Montpellier et spécialiste de droit portuaire, a répondu aux nombreuses questions en réconfortant les participants. “Pour ce spécialiste expérimenté, résume Sylvie Logié, il n’y a pas de vide juridique, il y a toujours des solutions. La plaisance ne dispose pas de recueil de textes qui lui sont propres et peut s’inspirer de différents codes, celui des transports ou celui du tourisme. La multiplicité des exemples et interrogations révèle la complexité de la gestion d’un port.” Les gestionnaires présents ont conclu à la nécessité de pour
suivre cette collaboration et ces partages d’expériences lors d’une prochaine réunion en fin d’année.

 

 Benoit LOBEZ