ALTEK, À LOOS-EN-GOHELLE

L’expert en imagerie technique de bâtiments

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9578 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Sébastien Lermenier, fondateur de l’entreprise Altek.

Installé à Loos-en-Gohelle, dans l’hôtel d’entreprises situé sur la Base et les terrils jumeaux du 11/19, l’un des quatre plus beaux sites du patrimoine minier conservés dans le Nord – Pas-deCalais, Altek met au service du bâtiment son expertise en matière d’imagerie technique et contrôle de bâtiment. Depuis la mise en place de la politique énergétique française, et notamment des principes de la RT 2012 (réglementation thermique) suite aux votes des lois Grenelle I et II, l’efficacité énergétique d’un bâtiment ainsi que sa consommation doivent atteindre la perfection. 

Sébastien Lermenier crée Altek en 2005 et, à l’époque, s’oriente principalement vers le conseil en géotechnique d’acoustique. Très vite l’entreprise va évoluer vers la thermographie infrarouge appliquée au bâtiment, afin de repérer les défauts d’isolation ou d’étanchéité, les défaillances dans les réseaux de chauffage ou la détection d’airs parasites. Puis, en 2008, le directeur se lance dans l’infiltrométrie afin de traquer les défauts d’étanchéité à l’air. “On ne peut pas faire une bonne étanchéité à l’air sans système de ventilation : c’est une obligation réglementaire depuis le 1er janvier 2013, explique Sébastien Lermenier. Ce n’est pas obligatoire pour les bâtiments tertiaires, mais pour les immeubles collectifs et les maisons individuelles.”Le dirigeant va peu à peu renforcer ses domaines d’expertise. Il crée un organisme de formation en 2013 dans les domaines de la thermographie infrarouge, l’étanchéité à l’air. Il est agréé Praxibat par l’Ademe, RGE (“Reconnu garant de l’environnement”), participe aux formations aux économies d’énergie dans le bâtiment en partenariat avec la Fédération française du bâtiment. La formation prend de l’essor et devient 80% de son activité. L’envie de renouer avec le terrain reprend le dessus et Sébastien Lermenier décide de passer à la vitesse supérieure.
Cap sur l’expertise. Le dirigeant investit plus de 200 000 euros dans du matériel : caméras thermiques, laser scanner 3D, drones, etc. Il travaille en collaboration avec les maîtres d’ouvrage, les experts, les architectes et les entreprises du bâtiment en suivi de chantier, à réception et dans le cadre d’expertises. ”Mon idée, explique le dirigeant, est de toujours travailler en expertise. J’aimerais que les professionnels du bâtiment prennent conscience de la transition numérique dans le bâtiment. Il y en a pour qui mes outils sont encore de la science-fiction, alors que toutes ces technologies sont accessibles pour leur permettre de gagner du temps et de prévenir les sinistres.” Et de préciser que la Fédération française du bâtiment enregistre une évolution des sinistres après réception des travaux. L’offre globale que propose aujourd’hui Sébastien Lermenier vise le préventif et le gain de temps. Ainsi, la technique du scanner permet de générer un modèle 3D des bâtiments dans lequel des relevés de mesures précis et fiables peuvent être réalisés. Une plate-forme de partage des données permet le relevé des cotes depuis n’importe quel ordinateur sans logiciel spécifique. L’endoscopie avec des caméras miniatures permet quant à elle d’inspecter des canalisations d’eau ou de chauffage ou de répérer des isolants derrière des parois. Autant de techniques que le chef d’entreprise souhaiterait voir s’étendre dans les pratiques. ”Les artisans ont tout à y gagner car on augmente la qualité du travail”, conclut le dirigeant.