MAINTENANCE

RTE entretient les lignes électriques de la région

Publié dans l'édition Nord N. 8771 par

La maintenance des équipements d’acheminement de l’électricité est une des priorités de RTE qui, tout au long de l’année, scrute le réseau à la recherche de défaillances. Pendant plusieurs semaines, une campagne de vérification à la caméra thermique a été menée sur la région. Explications.  RTE est l’opérateur qui assure la distribution de l’électricité entre […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Pendant l’hiver RTE mène des campagnes de thermographie aérienne.

La maintenance des équipements d’acheminement de l’électricité est une des priorités de RTE qui, tout au long de l’année, scrute le réseau à la recherche de défaillances. Pendant plusieurs semaines, une campagne de vérification à la caméra thermique a été menée sur la région. Explications. 

RTE est l’opérateur qui assure la distribution de l’électricité entre les producteurs, les clients consommateurs (généralement des grosses industries qui ont un besoin de tirage important) et les distributeurs, dont le principal est ERDF. Une autre mission de RTE est d’assurer la qualité de l’alimentation et la sécurité des tiers et cela passe par des opérations de surveillance et de maintenance du réseau. Géographiquement, RTE est organisé en sept centres répartis sur le territoire national. Le centre de maintenance de Lille couvre les départements du Pas-de-Calais, du Nord, de la Somme, de l’Aisne, des Ardennes et la Marne. “Du point de vue du territoire géographique, ce n’est pas la plus grosse entité, mais c’est un centre relativement important en termes de population couverte”, explique Nicolas Vermersch, directeur du groupe maintenance réseau Lille.
Des opérations spécifiques. Dans le cadre de sa mission qualité de l’alimentation, RTE assure des opérations essentielles que l’entreprise assure tout au long de l’année, avec quelques spécificités en fonction des saisons. Pendant la saison hivernale, RTE profite ainsi des températures relativement basses pour établir une cartographie de son réseau via la thermographie aérienne. “Pour être réellement efficaces, ces opérations nécessitent des températures basses et un maximum d’intensité sur les lignes, paramètres que l’on retrouve en hiver”, explique-t-il. Pour cela, RTE dispose d’hélicoptères, de pilotes et de salariés spécialement formés à l’imagerie thermique. Pendant plusieurs jours, ses équipes survolent les lignes à la recherche de ce que l’on appelle communément des “points chauds“. “Il s’agit d’une opération que nous menons une fois tous les trois à six ans, à raison d’une partie de notre réseau toutes les années”, poursuit Nicolas Vermersch. Cette année, l’inspection thermique a concerné l’Avesnois, l’Arrageois et une partie de la région lilloise. “Ces opérations de thermographie nous permettent de détecter les points chauds, qui sont synonymes de défauts sur nos installations.” Lorsque des problèmes sont détectés, l’entreprise planifie une opération de maintenance afin de corriger le problème de liaison et éviter l’avarie.

D’autres opérations. La maintenance des équipements et des lignes ne s’arrête pas à une simple inspection thermique. D’autres opérations sont menées sur d’autres éléments et sur l’ensemble des lignes haute et très haute tension, avec des tensions allant de 63 000 à 400 000 volts. Pendant le reste de l’année, ce sont des opérations de contrôles visuels des pylônes qui sont menées au sol ou en hauteur. “Nous avons des équipes spécialisées, avec des salariés formés au travail en hauteur. Lors des contrôles visuels, ils vont jusqu’à vérifier en haut du pylône les différents éléments du réseau. ” RTE organise annuellement des campagnes de visites héliportées et 100% des lignes sont visitées tous les ans. “Notre réseau est robuste et la maintenance reste très importante. Grâce à notre travail, le réseau reste en bon état et ne se dégrade pas”, conclut Nicolas Vermersch. L’ensemble de ces opérations a bien sûr un coût, largement couvert par la continuité de l’alimentation et par la mission de service public de RTE.

Guillaume CUGIER