TECH SUB À SAINT-LAURENT-BLANGY

Une diversification récompensée

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9582 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Hélène Szulc, dirigeante d’Aquago, vient de recevoir le Trophée de l’international de la Société industrielle du Nord de la France (SINF) des mains de Jeannine Vaillant, représentant le Comité national des conseillers du commerce extérieur.

Hélène Szulc a participé en 1995 à la création de Tech Sub, société de prestations dont le métier est d’intervenir dans des milieux souvent considérés comme inaccessibles pour le commun des mortels, chaque mission étant en elle‑même une performance. Depuis, elle développe l’entreprise avec énergie dans de nombreux domaines en innovant et en n’hésitant pas à investir de nouveaux marchés dans le monde entier. 

Un retour sur l’histoire et le savoir-faire de Tech Sub. C’est à l’issue de son stage de fin d’études de l’institut d’études politique de Lille que Hélène Szulc crée Tech Sub à Vitry-en-Artois avec François Martin, alors scaphandrier artisan à Douai, et son frère Julien Szulc, alors jeune scaphandrier. L’entreprise implantée à SaintLaurent-Blangy, spécialiste des travaux d’accès difficiles, intervient en France et à l’étranger pour des industriels, des collectivités locales et des bureaux d’études dans tous les milieux immergés, naturels, artificiels et pollués, ainsi que dans les espaces confinés (galeries, canalisations, puits, cuves), avec une parfaite maîtrise des questions d’hygiène et de sécurité. 45 techniciens et spécialistes sont maintenant au service des différents départements : travaux sous-marins en milieu naturel (mer ou rivière), avec des unités de plongée mobile aux normes de sécurité les plus strictes ; travaux subaquatiques pour l’industrie et l’environnement dans des installations ne pouvant pas être mises à sec pour des raisons économiques ; travaux en milieu nucléaire (décontamination, démantèlement, contrôle et maintenance sous eau par scaphandriers des réacteurs et du combustible des installations nucléaires) à travers l’intégration de Phenics technologies. Bien que les travaux subaquatiques demeurent son cœur de métier, Tech Sub a diversifié ses activités en créant un département de travaux en hauteur et espaces confinés, faisant intervenir des alpinistes. Mais aussi Aquago, qui produit des aérateurs solaires pour le traitement des eaux ; Aquagéo étanchéité, une filiale réalisant des bassins étanches en géomembrane qui exporte en Afrique ; et Altabyss, une filiale basée aux Émirats arabes unis qui intervient dans tout le Moyen-Orient.

Une diversification volontariste et maîtrisée. La particularité des produits Aquago est d’utiliser les énergies renouvelables. L’idée initiale consistait à traiter les plans d’eau souffrant d’eutrophisation (pollution verte) en utilisant des systèmes d’aération et de brassage installés dans les retenues et les lacs par les scaphandriers de Tech Sub. Bien avant la COP21 et les accords de Paris sur le climat, ce sont les contraintes techniques qui ont amené l’entreprise à imaginer des appareils autonomes installés sur les plans d’eau, sans avoir besoin de tirer des câbles de connexion au réseau électrique. Un programme de recherche et développement a permis de confirmer que ce procédé était efficace, non seulement pour traiter les milieux aquatiques naturels, mais aussi pour traiter les eaux usées. Cela a ainsi été démontré sur le site pilote du lagunage d’Audresselles, où ils ont été testés, sous le contrôle de l’Agence de l’eau et du Conseil départemental, de 2010 à 2014. Pour ces développeurs et industriels en herbe, il a fallu convaincre que l’utilisation des énergies renouvelables était fiable, même dans notre région où l’ensoleillement n’est pas toujours optimal. Comme l’indique Hélène Szulc, “si l’on installe autant de panneaux solaires dans les pays nordiques, comme en Allemagne, il n’y a aucune raison de penser que cette source d’énergie n’est pas fiable dans le nord de la France, c’est juste une question de dimensionnement !” La volonté de l’entreprise est de travailler au maximum avec des fournisseurs locaux, comme la société lilloise Ciel & Terre qui installe des centrales solaires flottantes. “Les appareils sont assemblés dans notre atelier de Saint-Laurent-Blangy, mais plus de 70% des composants sont également produits en France, où nous réussissons à produire à un prix compétitif tout en assurant une qualité optimale.” Aujourd’hui, ces petites machines sont installées dans toute la France, au Maroc, Vietnam, Australie, et un premier pilote vient d’être installé aux Etats-Unis avec Ciel & Terre. D’autres projets sont également en réflexion : un développement dans le secteur des énergies autour des projets d’éoliennes et hydroliennes en mer qui vont être réalisés en France dans les prochaines années.

Des trophées pour couronner la réussite de l’entreprise. Aquago a reçu, le 17 mars à la Cité des échanges de Marcq-en-Barœul, le Trophée de l’international de la Société industrielle du Nord de la France (SINF) des mains de Jeannine Vaillant, représentant le Comité national des conseillers du commerce extérieur, ainsi que le “Coup de cœur” de la Société générale, partenaire de l’événement. Ce trophée venait distinguer l’activité d’Aquago que Tech Sub développe depuis une petite dizaine d’années dans le domaine du traitement de l’eau.

Georges BACOT