TOURISME

Après l’Euro 2016, les hôteliers lillois se sont frotté les mains

Publié dans l'édition Nord N. 8790 par

Le taux d’occupation des hôtels a progressé d’environ 7% sur la métropole lilloise durant la période de compétition, c’est-à-dire du début juin au début juillet.  Activité soutenue, prix de vente élevé… Au Club hôtelier Lille Métropole, on se montre satisfait. Pour cette structure associative qui fédère une centaine des plus importants hôtels de la métropole […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Les hôteliers lillois ont vu leur taux d’occupation progresser de 7,6% de plus que le taux généralement enregistré sur la même période.

Le taux d’occupation des hôtels a progressé d’environ 7% sur la métropole lilloise durant la période de compétition, c’est-à-dire du début juin au début juillet. 

Activité soutenue, prix de vente élevé… Au Club hôtelier Lille Métropole, on se montre satisfait. Pour cette structure associative qui fédère une centaine des plus importants hôtels de la métropole lilloise, l’Euro 2016 a été “une belle affaire”. Les matchs que Lille a accueillis se sont traduits par un fort de taux de remplissage. “En particulier, de belles affiches, telles qu’AngleterrePays de Galles, AllemagneUkraine, France-Suisse, le quart de finale Belgique-pays de Galles, ont drainé beaucoup de monde, dit Emmanuel Thébaux, président du Club hôtelier Lille Métropole. Même les matchs qui se sont déroulés à Lens ont bénéficié à la métropole lilloise, le parc hôtelier étant moins fourni sur le Lensois.”

Augmentation du CA des hôteliers lillois de 70,6%. Selon les données de l’Observatoire MKG Consulting, entre le 10 juin et le 10 juillet le taux d’occupation des hôtels sur la métropole lilloise s’est établi à 74,4%, soit une progression de 7,6% de plus que le taux généralement enregistré sur la même période. “Habituellement, de juin à début juillet, nous accueillons essentiellement une clientèle d’affaires, indique Emmanuel Thébaux. Cette clientèle n’est pas venue cette année. À la place nous avons eu les supporters. Je pense, moi, qu’une partie de la clientèle d’affaires a anticipé en venant plus tôt, c’est-à-dire en mai.” Les hôteliers lillois ont vu leur chiffre d’affaires augmenter de 70,6%. Une hausse spectaculaire de l’activité essentiellement due à un effet prix positif dû à la forte demande. “Les prix moyens ont augmenté de 58% par rapport à la normale, explique encore Emmanuel Thébaux. Il y a le tarif affiché et il y a le tarif réellement facturé. Ceux qui ont réservé avant la compétition ont réservé aux tarifs affichés, mais au fur et à mesure les prix ont augmenté.” La loi du marché a bénéficié aux hôteliers. Une certaine clientèle a particulièrement contribué à faire grimper les prix. “Les Britanniques, les Allemands, les Suisses ont un fort pouvoir d’achat et sont habitués, chez eux, à payer cher l’hôtellerie. Mais revers de la médaille : la chute brutale de l’activité hôtelière aussitôt la compétition terminée. “Habituellement nous avons encore de l’activité jusqu’au 14 juillet avant le calme de l’été. Mais cette année la baisse est intervenue presque après le dernier match à Lille le 1er juillet. Malgré ce contrecoup, c’est tout gagnant pour nous.” Du côté de l’office du tourisme de Lille, on affirme “que la fréquentation n’a pas augmenté
par rapport à l’année passée” sur l’ensemble de la période. Toutefois, les produits dérivés Euro 2016 ont connu un “beau succès” et le nombre de passagers du City Tour a progressé de 25%. Et un record a été battu : “Le dimanche 16 juin a été la plus belle journée avec 1 100 entrées, soit le double du chiffre dominical habituel. C’est la première fois que l’Office a accueilli plus de monde un dimanche qu’un samedi” indique Delphine Vang du service communication et promotion de l’Office du tourisme. Les opérateurs préparent à présent le prochain événement à fort potentiel économique sur la métropole lilloise : la grande braderie de Lille les 3-4 septembre.