CMI SERVICES S’INSTALLE À CALAIS

Calais sur les bons rails

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9597 par

La société belge CMI services (Cockering Maintenance et Ingénierie) s’est installée dans les anciens locaux des ateliers Rogliano, à Calais, quai de la Loire. Employant au début six personnes à Calais, l’entreprise bicentenaire devrait faire travailler une cinquantaine de salariés à terme. Spécialisé dans l’acier, et plus particulièrement la rénovation et la construction de matériel […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

À terme, 50 employés devraient travailler pour CMI services à Calais.

La société belge CMI services (Cockering Maintenance et Ingénierie) s’est installée dans les anciens locaux des ateliers Rogliano, à Calais, quai de la Loire. Employant au début six personnes à Calais, l’entreprise bicentenaire devrait faire travailler une cinquantaine de salariés à terme. Spécialisé dans l’acier, et plus particulièrement la rénovation et la construction de matériel d’entretien de la SNCF, CMI services devrait se diversifier dans le domaine portuaire. L’activité de revamping (réhabilitation de matériel usagé) constitue un secteur ultra spécialisé et demande des emplois qualifiés. Au programme, deux contrats de taille : “Nous rénovons des plates-formes de maintenance de caténaire, détaille Benoît Jaumaux, directeur général adjoint France de CMI services. D’autre part, nous concevons des cabines de draisines (sorte de wagons destinés à entretenir les voies ferrées, ndlr).”
Des conditions propices à une installation. “S’installer à Calais a du sens, puisque nous pouvons exercer à la fois une activité ferroviaire et une activité portuaire, glisse le directeur général adjoint. Nous avons le savoir-faire nécessaire afin de construire des grues, des passerelles, des engrenages…” De leur côté, les mondes politique et économique locaux ont tenu à aménager l’arrivée du groupe de la meilleure des façons :
“450 000 euros ont été investis afin de rénover les anciens ateliers Rogliani, affirme Jean-Marc Puissesseau, président directeur général de la Société d’exploitation des ports du Détroit et ancien président de la CCI Côte d’Opale. En échange, CMI restera un moment à Calais, ce qui représente un bon volume d’emplois.”

De son côté, Natacha Bouchart, maire de Calais, ne cache pas son enthousiasme : “Nous sommes là pour vous faciliter la tâche, établir le contact. Nous sommes à l’écoute.” Un environnement propice au bon fonctionnement de l’entreprise avec les élus. Un groupe d’envergure. CMI représente un millier d’emplois au niveau national, dont 250 sont basés dans les Hauts-de-France, notamment à Dunkerque, Grande-Synthe et Gravelines. Reposant sur un chiffre d’affaires annuel de 1,317 milliard d’euros en 2015, l’entreprise présente une santé de fer, voire insolente (en deux ans, le chiffre d’affaires du groupe CMI a plus que doublé, passant de 646 millions d’euros en 2013 à 896 millions d’euros en 2014, pour atteindre 1,317 milliard l’an dernier). La progression de CMI services est moins évidente, mais est constante depuis 2012. D’autre part, point souligné par Benoît Jaumaux, la sécurité s’améliore d’année en année : “C’est un des points sur lesquels on a le plus progressé.” Ce qui se vérifie dans les chiffres du groupe, le taux de fréquence des accidents ayant été divisé par trois entre 2011 et 2015. Enfin, les effectifs de CMI sont en constante progression, ce qui témoigne là aussi de la bonne santé du groupe belge.