SERVICES AUX ENTREPRISES

Des locaux disponibles à la Ruche du Douaisis

Publié dans l'édition Nord N. 8793 par
D.R.

Stéphane Coquerelle n’est pas trop inquiet, même si le taux de remplissage de sa Ruche a baissé pour atteindre les 75%.

La Ruche d’entreprises de Douai affiche régulièrement un taux de remplissage de l’ordre de 90%. Mais, depuis quelques semaines, la structure a enregistré le départ de plusieurs sociétés, à l’étroit dans leurs locaux et donc contraintes de quitter la Ruche pour s’installer quelques kilomètres plus loin, dans le Douaisis.

La pépinière d’entreprises (“hôtel d’entreprises” ou “ruche”) est un lieu réservé aux jeunes pousses qui, les quatre premières années de leur existence, leur offre un terrain favorable à leur développement. “Nous proposons des bureaux et des ateliers à la location et toute une série de services associés, allant de la simple mise à disposition d’une salle de réunion au secrétariat partagé”, présente Stéphane Coquerelle, directeur de la Ruche de Douai. La Ruche du Douaisis a affiché un taux de remplissage de l’ordre de 80 à 90% pendant plusieurs années. Or, elle vient de perdre plusieurs de ses occupants, preuve que l’outil fonctionne en permettant aux entreprises de se développer : “Ces entreprises avaient besoin de locaux plus spacieux afin de pouvoir continuer à grandir sereinement.” La structure affiche désormais un taux de remplissage de 75%, avec trois ateliers et plusieurs bureaux vacants. “Nous avons quelques demandes et plusieurs dossiers à étudier, mais uniquement sur des bureaux pour des entreprises de service”, précise Stéphane Coquerelle. Parmi les pistes, le groupe Adecco, qui souhaite ouvrir un bureau de manière temporaire, afin de répondre à la demande de recrutement du site Renault : “110 emplois en CDI sont en jeu. Adecco souhaite occuper la Ruche de manière flexible, afin de pouvoir recevoir les candidats.” Un projet de personnalisation de salle de réception pour les événements des particuliers doit également passer en commission afin de rejoindre la Ruche. Au total, trois à quatre projets sont à l’étude actuellement.

Que sont-elles devenues ? TDR groupe, après deux années passées au sein de la pépinière, vient de rejoindre la zone d’activité Bonnel, de Lallaing, dans un bâtiment que l’entreprise s’est fait construire. “Ils sont arrivés à deux à la pépinière, ils étaient quinze lorsqu’ils nous ont quittés”, se félicite Stéphane Coquerelle. TDR groupe est une entreprise innovante, spécialiste de la robotique. Elle travaillait avec Renault Douai et vise à démocratiser l’utilisation des robots dans les PME. Exocelle, qui a aussi quitté la pépinière, “avait besoin de plus de place pour se développer. Exocelle a suivi TDR groupe sur la zone Bonnel, après une année et demie dans la Ruche”. C’est dans un bâtiment relais de 4 500 m2 que l’entreprise s’est installée. Spécialisée dans le traitement de l’eau, notamment le développement de mini-stations d’épuration, Exocelle est toujours suivie par Stéphane Coquerelle. Elle vient de réaliser un appel de fonds pour pouvoir changer d’échelle et se lancer sur de nouveaux marchés. Asrand a, quant à elle, été contrainte de quitter la pépinière, car arrivée à la durée maximale de l’hébergement, qui est de quatre années. Et le directeur de la ruche d’ajouter : “Asrand aurait de toute façon dû nous quitter. Cette société de quatorze salariés avait besoin de place.” Tout l’enjeu est de faire en sorte que ces sociétés restent sur le territoire du Douaisis, grâce aux actions conjointes des équipes dela pépinière et des services de la CAD : des solutions sont trouvées dans la plupart des cas.

Guillaume CUGIER