UN PRÉCIEUX ACCOMPAGNEMENT

La Fondation Orange, partenaire de Force Femmes à Lille

Publié dans l'édition Nord N. 8792 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Isabelle Talon-Blanck, déléguée régionale de Force Femmes, Charline Hermant, Nadine Foulon-Belkacemi, directrice d'Orange Nord de France, et Carole Le Melledo, coordinatrice chez Force Femmes.

Depuis 2011, la Fondation Orange soutient, dans le Nord – Pas-De-Calais, Force Femmes. Une association créée par des chefs d’entreprise, qui aide les femmes à reprendre le chemin de l’emploi. 

Créée en 2005 par un collectif de chefs d’entreprise, Force Femmes est une association qui entend accompagner les femmes de plus de 45 ans dans leurs démarches pour retrouver un emploi ou fonder leur propre entreprise. Une population souvent rendue invisible en entreprise et qui, victime de préjugés négatifs, peine à s’y retrouver une place une fois au chômage. Présente dans onze villes françaises, grâce aux efforts de dix salariés et de près de 600 bénévoles, Force Femmes est notamment active à Lille, où elle organise des ateliers et des rencontres pour les femmes qui cherchent à retrouver une activité. “J’ai été licenciée fin 2013, à 50 ans, explique Charline Hermant, qui a bénéficié du programme. Je n’avais jamais fait de CV, jamais passé d’entretien, je n’étais pas sûre de moi. Grâce aux différents ateliers de Force Femmes, j’ai pu créer mon CV, m’entraîner aux entretiens, gagner en confiance. J’ai pu y trouver à la fois une grande bienveillance, et en même temps, ça remet beaucoup de choses en question, on est secouée en
douceur.” Charline Hermant a été accompagnée pendant “une petite année” par Force Femmes. Elle a, depuis, réussi à retrouver un emploi, dans le même secteur qu’auparavant, celui de la décoration. Au cours de cette année, elle a notamment pu profiter des ateliers mis en place par la Fondation Orange, partenaire depuis 2011 de Force Femmes. Outre un soutien financier, Orange, au travers d’Orange solidarité (l’association numérique solidaire de la Fondation Orange), offre aux femmes accompagnées par Force Femmes des ateliers de remise à niveau et de coaching dans le domaine de l’informatique et de la bureautique. “Aujourd’hui, on est inégaux devant la technologie et l’accès au numérique, et ça peut être un vrai handicap de ne pas être connecté, de ne pas se servir d’un ordinateur, estime Nadine Foulon-Belkacemi, directrice d’Orange Nord de France. En tant que grand fournisseur d’accès à Internet, c’est aussi le rôle d’Orange d’œuvrer pour que la fracture numérique diminue et que chacun puisse découvrir et maîtriser les outils digitaux.” Orange accueille donc dans ses locaux, plusieurs fois par semaine, des ateliers animés par certains de ses salariés bénévoles, qui prennent sur leur temps de repos pour apprendre aux femmes à manier Word, Excel ou Power Point, ou à surfer sur Internet. Un partenariat très précieux pour Force Femmes, qui fonctionne grâce au soutien des entreprises. “A Lille, nous avons 70 bénévoles, et entre 130 et 140 femmes qui suivent nos ateliers tout au long de l’année, explique Isabelle Talon-Blanck, la déléguée régionale de l’association à Lille. La demande est très forte, notamment grâce au bouche à oreille qui fonctionne très bien, et on observe une vraie montée en puissance : à notre dernier forum, il y avait 300 personnes ! On fait ce qu’on peut pour répondre aux demandes, mais il y a toujours de l’attente malheureusement. Il nous faudrait plus de bénévoles, plus de locaux et plus de moyens pour répondre à la demande.” Un appel aux entreprises de la région, encore peu enclines à financer des associations de ce type ou à prêter des salariés, comme peut le faire Orange. “Nous sommes financé à 85% par des fonds privés, qui émanent en majorité de grandes entreprises américaines, comme Coca-Cola ou Benefit, parce qu’elles ont une vraie culture de ce type de mécénat, poursuit Isabelle Talon-Blanck. En France, on en est encore au tout début. Nous avons une dizaine de partenaires dans la région, surtout des grosses structures. Mais les PME et les ETI ont aussi un rôle à jouer pour combattre les clichés et faire évoluer les mentalités.” Avis aux amateurs !