PREMIER WEEK-END DE SEPTEMBRE

Malgré l’annulation de la braderie, Lille veut “rester en fête”

Publié dans l'édition Nord N. 8793 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Martine Aubry, entourée de Pierre de Saintignon et de Jacqes Richir, a détaillé le programme du premier week-end de septembre.

Si l’annulation de la braderie a assommé de nombreux Lillois, la mairie entend bien faire en sorte que le premier week-end de septembre reste un moment festif. Petit tour d’horizon du programme.

Pas de grande braderie, mais Lille reste en fête”, affirme le slogan mis au point après l’annulation de la braderie de Lille, qui devait se tenir les 3, 4 et 5 septembre prochains. La Ville a mis à contribution la plupart de ses acteurs, pour assurer aux Lillois, et aux nombreux visiteurs ayant prévu de venir à Lille sur la période, des activités susceptibles de faire oublier l’absence de l’incontournable braderie. Commerçants, restaurateurs, lieux publics et cafés ont donc tous collaboré pour assurer un peu d’animation en ville et tenter de faire venir, malgré tout, du monde. “J‘ai, bien sûr, mesuré la déception des Lillois et les conséquences économiques dues à cette annulation, a résumé Martine Aubry lors d’une conférence de presse, le 19 août. On s’est donc tout de suite mis au travail pour que ce week-end reste un moment où Lille montre son beau visage, celui de la fête et de la convivialité, avec des conditions de sécurité maximales.”

La braderie des commerçants. “Nous avons voulu penser à ceux qui attendent la braderie pour acheter moins cher avant la rentrée”, affirme la maire de Lille. Le grand rendezvous des boutiques du Vieux-Lille aura donc bien lieu cette année, grâce à l’autorisation de brader dans les magasins accordée par la mairie. Les boutiques situées en zone braderie seront exceptionnellement ouvertes pendant les trois jours, du samedi au lundi.

Bars et restaurants.Côté restaurants, tout sera fait également pour animer le week-end et inviter les gourmands à sortir de chez eux. La nouvelle scène culinaire lilloise se mobilise, et les jeunes chefs du collectif “mange, Lille !” ouvrent leurs restaurants tout le week-end. À Rihour, les amateurs pourront trouver les traditionnelles moules-frites, reines d’un événement baptisé “Moult moules etc.”. Pour faire montre de solidarité dans l’épreuve, neuf restaurateurs se sont par ailleurs engagés à reverser 1 € par caquelon de moules vendu aux associations de soutien aux victimes de l’attentat de Nice. Une urne sera également mise à disposition au restaurant L’Abbaye pour ceux qui voudraient faire un geste. Les bars en zone braderie ont quant à eux obtenu l’autorisation de fermer à 4 h du matin le samedi et le dimanche. Ils accueilleront des concerts et différentes animations.

Animations culturelles. Les lieux culturels de la ville mettent eux aussi la main à la pâte. En lien avec l’exposition “Open Museum” qui accueille Zep, les Beaux-Arts organisent une braderie de la bande dessinée. Plusieurs auteurs ont répondu présent pour des animations et des dédicaces, et des ateliers sont prévus, notamment pour les enfants. Des animations sont également prévues au musée d’Histoire naturelle, qui va ressortir pour l’occasion son squelette de mégalosaure. À noter que le 3 septembre, premier dimanche du mois, l’accès au palais des Beaux-Arts, au Muséum et au musée de l’hospice Comtesse sera entièrement gratuit. Les expositions de la gare Saint-Sauveur sont également en accès libre, tandis que la maison Folie de Wazemmes inaugure une “braderie des makers”, en parallèle d’un Repair Café et d’un vide-dressing. Les différentes galeries lilloises restent elles aussi ouvertes tout le weekend. Enfin, la fête foraine et ses 160 attractions est quant à elle maintenue. L’accès y a été revu, avec seulement trois entrées pour accéder au site et des contrôles renforcés. La majorité des animations prévues étant situées en intérieur, la Ville n’a en revanche pas prévu de mesures de sécurité particulières, le dispositif en oeuvre depuis l’instauration de l’état d’urgence étant jugé suffisant.

Jeanne MAGNIEN