DANS LE TERNOIS ET LES 7 VALLÉES, LA PÊCHE LOISIR QUI ATTIRE DE PLUS EN PLUS DE VISITEURS

Un argument de structuration de la stratégie de développement touristique

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9597 par

La mise en tourisme de la pêche en rivière sur la Ternoise est engagée. Le sujet doit devenir un véritable pilier dans l’offre touristique sur le Ternois et les 7 Vallées. La pêche, argument de poids en matière de développement touristique ? La fédération de pêche et de protection du milieu aquatique du Pas-de-Calais et […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

La fédération de pêche et de protection du milieu aquatique travaille depuis 2013 à la mise en tourisme de la Ternoise

La mise en tourisme de la pêche en rivière sur la Ternoise est engagée. Le sujet doit devenir un véritable pilier dans l’offre touristique sur le Ternois et les 7 Vallées.

La pêche, argument de poids en matière de développement touristique ? La fédération de pêche et de protection du milieu aquatique du Pas-de-Calais et les offices de tourisme du Ternois et des 7 vallées en sont convaincus. Depuis 2013, la fédération réfléchit à une mise en tourisme de la pêche sur la Ternoise. “Ce projet s’est concrétisé par le biais d’un partenariat avec les offices de tourisme. On souhaite associer le développement touristique de ce territoire et le loisir pêche. Le pêcheur se déplace en famille, par conséquent, il consomme sur place, il va aux restaurants, visites des monuments, il dort sur place… Les retombées sur le tissu économique local ne sont pas neutres”, explique Pascal Sailliot, président de la Fédération départemental pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Un travail a été mené avec les associations locales de pêcheurs présentes sur le secteur d’Auchy-les-Hesdin, Saint-Pol-sur-Ternoise, Heuchin et Hesdin. Au total, la Ternoise compte pas moins de 37 km de berges. Parallèlement, il existe d’autres cours d’eau localement tels que la Canche mais aussi de nombreux marais et étangs. Partant de ce constat les décideurs locaux souhaitent attirer pour de courts et moyens séjours des touristes issus des Hauts de France, des régions limitrophes mais également des Belges et Anglais, qui apprécient particulièrement ce hobby. “Une demande forte existe dans ce sens. Nous disposons d’un cadre remarquable et de conditions exceptionnelles. On recense différents types de poissons. Dans la Ternoise, on trouve des espèces classées en catégorie 1 et de grands migrateurs, des truites de mer et même du saumon” précise Pascal Sailliot.

Communiquer en Belgique et en Angleterre. Pour ce faire, la fédération s’est adaptée aux besoins des pêcheurs de passage, il existe ainsi des cartes pour la journée. Des formules enfants et femmes ont également été créées. La structuration de la filière passe également par des réponses concrètes en termes d’hébergement. La fédération de pêche a donc planché afin que des structures puissent briguer le label hébergement pêche. Pour le
décrocher, il faut remplir plusieurs conditions, comme se situer non loin des zones de pêche, proposer un accueil personnalisé pour pouvoir orienter et guider les pêcheurs , mettre à disposition un local pour stocker le matériel… À ce jour, 5 établissements se sont inscrits dans la démarche et ont décroché le label, le Manoir du Loup barré (Gauchin-Verloingt), le gîte Babouchka d’Eps-Herbeval, le camping de la Verte colline à Teneur, l’Hypnose à Hesdin et le Manoir de la Canche à Huby-Saint-Leu. Pour assurer la promotion de ce tourisme orienté vers un loisir, des dépliants ont été imprimés et ils sont distribués via les offices de tourisme de toute la région Hauts-de-France. Parallèlement, la fédération sera présente sur des salons touristiques en Belgique et en Angleterre.