À Lille Grand-Palais, du jeudi 2 au dimanche 5 mars

Art Up veut faire du grand public une foule de nouveaux collectionneurs

Publié dans l'édition Nord N. 8819 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Art'Up est placée cette année sous le signe de l'architecture.

 

Devenue Art Up, la foire d’art contemporain de Lille nourrit la grande ambition de devenir le rendez-vous incontournable du nord de l’Europe et se targue d’être déjà la plus importante de France après Paris. Placée cette année sous le signe de l’architecture, elle réunira cent galeries, dont le quart est issu de la nouvelle région du Nord − Pas-de-Calais élargi, avec quand même quatorze de Lille même. Les étrangers, un autre quart, viennent de Belgique, de l’Allemagne, des Pays-Bas, des Etats-Unis, du Japon, de la Grèce, de l’Italie, du Danemark et de Pologne. Les galeries parisiennes forment 20% des exposants, les autres venant de toute la France, dont une de La Réunion.

Didier Vesse, le pilote de l’opération, veut faire venir de nouveaux visiteurs pour qu’ils deviennent de nouveaux acheteurs et de nouveaux collectionneurs. Il ne cherche pas spécialement à atteindre le public déjà habituel des galeries, mais le grand public pour démocratiser l’art contemporain, dans toutes ses tendances, depuis l’après-guerre jusqu’au street art, et dans toutes les techniques classiques ou contemporaines.

Les jeunes et l’architecture. 350 artistes seront donc présents physiquement ou par leurs œuvres, dont sept jeunes artistes d’écoles des beaux-arts de la région, auxquels un stand spécifique de 100 m² est réservé. Ils ont été choisis parmi 25 dossiers reçus, sur le thème retenu cette année de la convergence entre art et architecture ou comment les uns et les autres s’influencent mutuellement. Didier Vesse constate que l’architecture est de plus en plus artistique et modifie les villes. Ce rapport de l’art à l’architecture est sans doute à Lille plus vrai qu’ailleurs quand on constate la présence de la sculpture sur les façades lilloises du XVIIe  siècle.

Le rapport de l’art et de l’architecture sera présenté dans des débats, mais aussi par la photographie, très exploitée et très présente cette année. Les galeries présentant la thématique seront signalées par un pictogramme coloré. «Les deux tiers des galeries présentes ont activé la thématique», précise Didier Vesse, directeur artistique de la foire depuis huit ans.

Un cycle de conférences permettra d’échanger sur la thématique de l’architecture. Spécialistes, chercheurs, architectes et artistes livreront des clefs de lecture sur la thématique et «L’intégration de l’art dans l’architecture, ou architecture comme corps de l’art». 

Samedi 4 à 15h. «Visions urbaines de l’artiste : le rêve de l’impossible» analysera les réalisations artistiques influencées par l’architecture contemporaine, notamment les plasticiens. La mise en scène de l’urbain investissant le champ du possible… ou de l’impossible sera mis en évidence. Conférence animée par Edith Marcq, de la Maison européenne des sciences de l’homme et de société. 

Samedi 4  à 16 h 30. «L’architecture du XXe siècle vue par la photographie contemporaine au XXIe siècle». Depuis les années 1980 et l’avènement du style documentaire, l’architecture habite l’iconographie de la photographie contemporaine. Si les photographes d’alors témoignaient de leur quotidien, on constate que de jeunes artistes photographient toujours ces bâtiments qui, aujourd’hui, périclitent. Entre fascination et nostalgie, qu’est-ce qui attire la jeune création à traiter encore ces architectures ?Animée par Marine Allibert, de la Maison européenne des sciences de l’homme et de société. 

Dimanche 5  à 15 h. «La villa Cavrois, ou la modernité incarnée». Conçue à une époque où les courants modernistes qui traversent l’Europe repensent le monde pour construire une société nouvelle, la villa Cavrois intègre les nouveaux champs de l’art et de l’architecture, où l’efficacité technique, le choix des matériaux et la lisibilité du dessin conjugués font naître le premier château du XX° siècle.Paul-Hervé Parsy, ex-administrateur de la villa Cavrois.

Par ses exposants, par les œuvres d’art et par ces conférences, Art Up veut montrer la place culturelle de Lille dans l’Europe du nord-ouest et ambitionne de devenir un événement majeur, tout en restant commercial, festif et culturel. Cette place de Lille est aussi confirmée par l’activité d’une quinzaine de galeries dans la ville, réunies maintenant dans une Association des galeries d’art de la ville. Cette dynamique est confirmée par l’essor d’Art Up qui a accueilli 31 000 visiteurs en 2016. 

ENCADRE 

Jeudi 2 mars : 11h à 23h (Nuit de l’art). Vendredi 3 mars de 11h à 20h. Samedi 4 mars de 10h à 20h. Dimanche 5 mars de 10h à 20h

Tarif prévente : 7 € sur e-billetterie uniquement. Tarif  normal : 10 € – revisite offerte. Tarif réduit sur site : 7 € – revisite offerte. Gratuit pour les enfants de moins de 10 ans.

Informations et billetterie en ligne sur www.art-up.com

D.R.

Didier Vesse a hissé Art Up au rang de seconde foire artistique après Paris.