Le Carré de Ramecourt

De l’agriculture à l’organisation de séminaires

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9627 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Depuis décembre 2012, le Carré de Ramecourt propose aux entreprises d’organiser leurs séminaires dans un cadre privilégié. Niché au cœur d’un territoire rural, l’ancien corps de ferme allie le charme de l’ancien au confort d’aujourd’hui et propose huit salles pouvant accueillir jusqu’à 200 personnes. Le bâtiment centenaire, appartenant à la famille Dequidt depuis trois générations, a brûlé en 2007 en grande partie. Bien décidés à faire de cette catastrophe une opportunité, Aline et Antoine Dequidt ont décidé de reconstruire entièrement les granges pour en faire un lieu moderne et convivial, destiné à l’accueil des entreprises. L’idée du Carré de Ramecourt était née.  

 

Antoine et Aline Dequidt, des entrepreneurs dans l’âme. Agriculteur depuis 2001 et entrepreneur dans l’âme, Antoine Dequidt a repris avec son épouse l’exploitation familiale composée de 220 hectares en culture de blé, betterave et pomme de terre. Il gère également l’exploitation de 140 hectares de ses beaux-parents, dédiés à la culture du lin, des céréales et des betteraves. Ancienne orthophoniste, Aline Dequidt a embrassé le projet du Carré de Ramecourt en s’y consacrant pleinement. Insufflant à l’entreprise dynamisme et bonne humeur, le jeune couple souhaitait cultiver avec son équipe de six personnes une ambiance familiale et conviviale, une équipe qui s’investit pleinement dans le développement du projet depuis son début.

 

Un corps de ferme centenaire transformé en complexe ultramoderne. Après deux ans de travaux, tout était prêt pour faire revivre ce lieu emblématique et accueillir séminaires et conventions. Complexe moderne posé dans un écrin de verdure, Le Carré de Ramecourt offre les outils et la modernité indispensables aux entreprises. Briques, bois, acier se mêlent pour proposer un lieu atypique, fonctionnel et chaleureux. Situé à trente minutes de Lens, Arras, Béthune, Le Touquet, à une heure de Lille, Amiens, Saint-Omer, ou encore à deux heures de Paris et Bruxelles, avec une offre et une approche nouvelles, le Carré de Ramecourt rayonne déjà au-delà des frontières du Pas-de-Calais, mais ambitionne un rayonnement plus large.

Depuis l’ouverture, le Carré de Ramecourt a organisé des séminaires pour des entreprises telles que Picard, Siemens, McCain, Nestlé… et voit désormais plus grand. «Nos salles peuvent accueillir jusqu’à 200 personnes, bien que notre cœur de cible se situe plutôt sur les groupes de 20 à 100 personnes. Nous recevons aussi bien des comités de direction en petit groupe que des séminaires d’entreprise. Il est arrivé à plusieurs reprises que les dirigeants viennent tester le lieu et, séduits, reviennent avec l’ensemble de leurs collaborateurs», explique Aline Dequidt. Ainsi, Aline et Antoine Dequidt ont réussi le tour de force de garder l’âme et la convivialité du bâtiment centenaire tout en intégrant les nouvelles technologies indispensables à l’organisation de séminaires.

 

 

D.R.

Les salles de réunion ou de séminaire sont de tailles et de configurations différentes, permettant de répondre à tous les besoins des clients, dans les meilleures conditions techniques et de confort.

 

Un ancrage volontariste sur le territoire. Le Carré de Ramecourt propose également des prestations de restauration. Petit-déjeuner, cocktail déjeunatoire ou repas, Aline et ses équipes s’occupent de tout. Entièrement réalisées maison, les prestations sont élaborées essentiellement à partir de produits locaux. Soucieux de développer leur activité en respectant leurs valeurs, le couple a également à cœur de participer au développement du territoire et travaille en étroite collaboration avec les producteurs locaux. «Nous souhaitons proposer des choses simples mais bonnes. Nous profitons de notre localisation en pleine campagne pour utiliser les produits du terroir. Nous travaillons par exemple avec la viande de la Ferme du Bon Air, la truite de la pisciculture d’Anzin-Saint-Aubin ou encore le fromage de l’abbaye de Belval. Nous avons également mis en place un partenariat avec l’ESAT de Saint-Michel sur-Ternoise, une structure d’insertion professionnelle. Nous faisons découvrir des produits de saison, tout en participant, à notre niveau, au développement de l’économie locale et à la dynamique du territoire.»

 

Un partage avec les concitoyens, une initiative originale et solidaire. Le couple a décidé d’aller encore plus loin dans sa démarche du «100% local». Après avoir installé au cœur du Carré de Ramecourt d’immenses jardinières de fruits et légumes destinés à leur consommation personnelle et professionnelle, le couple souhaite proposer à la municipalité de Ramecourt d’installer dans la commune d’autres jardinières, qui seraient destinées aux habitants. «C’est totalement gratuit. L’idée est que les citoyens puissent se servir et découvrir des produits sains et naturels. Charge ensuite à chacun, à son niveau, d’entretenir, de planter de nouvelles espèces… Nous aimons cet esprit collaboratif et de partage.»

 

Encadré :

En chiffres : 

• Huit salles sur 430 m²

• Une capacité d’accueil de 200 personnes

• Une équipe de six personnes

• Un espace extérieur propice à la réflexion et à la restauration en plein air

Sept producteurs locaux engagés dans la démarche

D.R.

D’immenses jardinières de fruits et légumes viennent d’être installées au cœur du Carré de Ramecourt pour une consommation personnelle et professionnelle.