De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8819 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le déficit belge baisserait plus rapidement que prévu en 2017. D’après les prévisions économiques d’hiver de la Commission européenne, le déficit budgétaire belge devrait s’établir à 2,2% du PIB en 2017 et à 2,3% en 2018 (contre 2,3% en 2017 et 2,4% en 2018 présagés en automne dernier), après un déficit de 2,9% en 2016 (les pays dont le déficit budgétaire avoisine les 3% du PIB peuvent subir un contrôle renforcé). De plus, selon la Commission, la dette publique devrait légèrement diminuer de 106,8 à 106,5% en 2017. La croissance belge atteindrait 1,4% en 2017 et 1,6% en 2018, soit juste sous la moyenne de la zone euro (1,6% en 2017 et 1,8% en 2018) et de l’ensemble de l’Union européenne (1,8% pour 2017 et 2018). Dans le même temps, le déficit moyen de la zone euro sera de 1,4% en 2017 et en 2018 ; ce même déficit s’établira à 1,7% en 2017 et 1,6% en 2018 pour l’ensemble de l’Union européenne.

Pierre-Henri Rion reçoit le prix Bologne-Lemaire 2016. L’entrepreneur Pierre-Henri Rion, cofondateur du groupe IRIS, s’est vu décerner, le 14 février dernier, le prix Bologne-Lemaire 2016, du «Wallon de l’année». La distinction, remise pour la 20e fois, récompense «une personne qui, par son action sociale, économique, politique ou culturelle, a le mieux servi les intérêts de la société wallonne». Le jury, composé des précédents lauréats, a salué «l’implication personnelle d’un entrepreneur qui croit profondément aux capacités de la Wallonie et qui s’implique quotidiennement pour y contribuer avec détermination et savoir-faire». Le dirigeant, très engagé dans une série d’activités entrepreneuriales (Belrobotics, EVS Broadcast Equipment, Maxel Progecco, Aviarent Wallonie ou Akkanto), a impressionné le jury pour son action menée au profit du redéploiement industriel économique de la Wallonie.

Fréquentation record pour le centre commercial Docks Bruxsel. C’est à l’occasion d’une conférence de presse pour la présentation de ses premiers résultats, organisée le 14 février dernier, que la direction du nouveau grand centre commercial de Bruxelles a annoncé que le «Mall», près de trois mois après son ouverture, avait drainé 2 millions de visiteurs, avec en moyenne 18 000 clients par  jour pendant la période des soldes. La direction de Docks Bruxsel estime que d’ici octobre (date du premier anniversaire de son ouverture), le centre commercial devrait accueillir 6 millions de visiteurs. Par la suite, son rythme de croisière devrait avoisiner les 8 millions de visiteurs annuels.

Electrabel va augmenter son parc éolien. Le fournisseur d’énergie belge entend revoir à la hausse ses prévisions dans l’éolien d’ici à 2020. Initialement, l’objectif annoncé en 2014 par Electrabel était de doubler la capacité de l’éolien onshore d’ici 2020, en passant de 200 à 400 MW (soit l’équivalent de la capacité d’une petite centrale nucléaire). Finalement, cet objectif devrait être atteint fin 2018, notamment grâce à un contexte plus favorable dans le nord du pays, comme l’a indiqué un porte-parole de l’entreprise. «Le cadre légal nous permet d’installer plus facilement des éoliennes en Flandre», a-t-il souligné. Aussi, le groupe envisage d’injecter 300 millions d’euros supplémentaires, pour désormais disposer d’une capacité de 500 MW à horizon 2020. Actuellement, Electrabel dispose d’une capacité de 256 MW pour son parc terrestre en Belgique.

Dès 2017, Quick et Burger King vont cohabiter. Selon nos confrères de L’Echo et De Tijd, entre cinq et sept restaurants Burger King devraient ouvrir en Belgique d’ici la fin de l’année. Rappelons que les deux chaînes de fast-food battent sous le même pavillon (société Burger Brands Belgium) depuis l’été dernier. Le franchiseur va offrir le choix aux franchisés Quick de conserver leur enseigne ou de transformer leur restaurant en Burger King. L’ouverture du premier restaurant Burger King pourrait se faire à Namur en juillet prochain, même si aucune implantation n’a été officiellement communiquée.

Zeeman va fermer quatre établissements. L’enseigne néerlandaise de magasins de vêtements a communiqué son intention de fermer quatre magasins sur les 280 qu’elle compte en Belgique. Trois des établissements concernés sont en Wallonie (Messancy, Habay et Salzinnes), le dernier est à Lanaken, en Flandre. L’entreprise, qui avance des motifs économiques pour justifier sa décision, a assuré que la vingtaine d’emplois concernés n’étaient pas menacés. En effet, les salariés concernés pourront faire l’objet d’un reclassement dans d’autres magasins de la chaîne.