L’État accompagne la MEL avec un investissement de 10,6 millions d’euros

Publié dans l'édition Nord N. 8819 par

Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, Damien Castelain, président de la Métropole européenne de Lille, et Michel Lalande, préfet des Hauts-de-France, ont signé, le 13 février dernier, le pacte métropolitain d’innovation de la MEL, en présence de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Le pacte entre l’Etat et les 15 métropoles françaises, acté le 6 juillet 2016, avait pour enjeu de contribuer à faire des métropoles de véritables moteurs de l’aménagement du territoire et de conforter leur rôle en ce domaine.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

En 2017, 150 millions d’euros du Fonds de soutien à l’investissement local (FSIL) seront consacrés par l’État aux pactes métropolitains d’innovation. Le pacte métropolitain d’innovation de Lille est le 11e à être signé. Il soutient un projet d’écobonus mobilité pour un meilleur usage des infrastructures de transport et favorise la coopération territoriale et l’amélioration de la gestion des eaux pluviales. L’écobonus : une innovation unique en France pour décongestionner la circulation routière. La dynamique de la Métropole engendre le flux considérable de 4,5 millions de déplacements par jour. Ce projet, inspiré de l’expérience de Rotterdam, s’inscrit dans le prolongement des efforts de la Métropole en matière de transports publics.

 

La gestion des eaux à l’avant-garde. La MEL, enserrée dans un réseau dense de cours d’eau, doit faire face à des inondations régulières. Elle a souhaité mettre en avant dans le pacte métropolitain d’innovation les projets de construction de bassins bimodes de collecte des eaux pluviales, qui s’inscrivent dans la lignée d’un programme précurseur de lutte contre les inondations et mis en place depuis une vingtaine d’année. La Métropole étudie également l’extension de l’écobonus à ses territoires limitrophes. L’Etat accompagne le schéma de coopération transfrontalière, qui s’inscrit dans le prolongement du groupement européen de coopération territoriale Lille-Kortrijk-Tournai ; il accompagne le partage de l’ingénierie dans le cadre d’un dialogue entre les pôles de la région (Dunkerque, Bassin minier, Arras, Valenciennes, Amiens). Le pacte métropolitain d’innovation renforce son rôle structurant à l’échelle transfrontalière et pour les communes limitrophes.