De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8824 par

En 2016, le bénéfice de Brussels Airlines était en hausse. Malgré l’impact des attentats du 22 mars 2016 à Brussels Airport (perte de 400 000 passagers dans les cinq semaines qui ont suivi l’attaque terroriste), la compagnie aérienne a enregistré un bénéfice net de 15 millions d’euros cette même année. De fait, Brussels Airlines a terminé […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

En 2016, le bénéfice de Brussels Airlines était en hausse. Malgré l’impact des attentats du 22 mars 2016 à Brussels Airport (perte de 400 000 passagers dans les cinq semaines qui ont suivi l’attaque terroriste), la compagnie aérienne a enregistré un bénéfice net de 15 millions d’euros cette même année. De fait, Brussels Airlines a terminé l’année avec une croissance du trafic de passagers de 3,2%, avec 7,7 millions de personnes transportées pour un taux d’occupation de près de 75%. L’année 2017 devrait être dans la continuité d’après les données enregistrées en janvier et en février. Pourtant, selon Bernard Gustin, CEO de Brussels Airlines, la compagnie aérienne doit d’une part poursuivre la réduction de ses coûts pour assurer sa rentabilité et, d’autre part, fournir des efforts supplémentaires pour promouvoir le marché entrant.

Philippe Lallemand est le nouveau dirigeant d’Ethias. C’est à l’issue du conseil d’administration d’Ethias, qui s’est tenu le 20 mars dernier, que la désignation de Philippe Lallemand en tant que CEO du groupe d’assurances a été rendu. Le nouveau dirigeant, dont le poste doit encore être avalisé par la Banque nationale de Belgique (BNB), a rejoint le groupe en 1999, après avoir dirigé l’institut Emile Vandervelde. Philippe Lallemand était jusqu’ici membre du comité de direction d’Ethias, en charge de la division des relations avec les collectivités et les entreprises. Selon nos confrères de De Tijd, Philippe Lallemand était en concurrence avec Benoît Verwilghen, l’actuel CEO par intérim nommé suite à l’éviction de Bernard Thiry.

La Belgique parmi les pays où on fait le plus grève. L’institut de recherche allemand WSI vient de publier une étude sur les jours perdus par les mouvements de grève dans le monde sur la période 2006-2015. Il ressort de ce document que la Belgique se positionne au 4e rang mondial, puisqu’elle perd en moyenne 71 jours de travail pour 1 000 travailleurs. Néanmoins, cette tendance est à la baisse puisque, pour la période 2005-2014, la moyenne de la Belgique était de 84 jours de grève pour 1 000 travailleurs. La tête du classement est occupée par la France (123 jours perdus pour 1 000 travailleurs), suivie par le Danemark (122 jours) et le Canada (79 jours). A l’opposé, les pays enregistrant le moins de jours de grève sont la Suisse et l’Autriche, avec chacun 2 jours perdus pour  1 000 travailleurs, la Pologne (5 jours) et les Etats-Unis (7 jours).

Le nombre d’emplois vacants en Belgique presque deux fois plus élevé que dans le reste de l’Europe. Selon les chiffres publiés par Eurostat (l’office statistique de l’Union européenne), au dernier trimestre 2016, le taux d’emplois vacants en Belgique a atteint 2,9% (+0,7% par rapport à fin 2015, soit la plus forte hausse sur base annuelle en Europe), alors que la moyenne de la zone euro se situe à 1,7%. Concernant l’UE à 28, le taux d’emplois vacants est resté stable au 4e trimestre 2016 par rapport aux trois trimestres précédents, s’établissant à 1,8%. Enfin, parmi les Etats membres, les taux les plus élevés au dernier trimestre de l’année 2016 ont été enregistrés en République tchèque (3%), en Allemagne (2,6%) et au Royaume-Uni (2,5%). Tandis que les taux les plus faibles ont été constatés en Grèce (0,3%), à Chypre (0,6%), et en Espagne, en Pologne et au Portugal (avec le même taux de 0,7%).

Le prix des carburants baisse. Selon les indications du SPF Economie, les prix de l’essence et du diesel ont légèrement baissé le 23 mars dernier, en raison des fluctuations des cotations des produits pétroliers et/ou des biocomposants inhérents à leur composition sur les marchés internationaux. Ainsi, les prix maximum à la pompe de l’essence 95 et de l’essence 98 reculeront  respectivement de 1,6 centime (à 1,368 euro) et 1,7 centime d’euro (à 1,449 euro). Le prix du diesel va diminuer de 0,7 centime par litre, à 1,311 euro le litre.

L’organisation Test-Achats annonce un plan de restructuration. La direction de l’organisation de défense des droits des consommateurs, à l’occasion d’un conseil d’entreprise extraordinaire, a annoncé son intention de mettre en place un plan de restructuration «assorti d’une réduction de coûts». En effet, l’organisation dit faire face à une «grande volatilité de ses membres, la nécessité d’un renouvellement de son membership, un tassement de ses résultats financiers, de nouveaux investissements dans la digitalisation et de nouveaux projets numériques». De fait, 32 emplois sur les 410 que compte Test-Achats  sont menacés. Selon Tijs Hostynn, du syndicat chrétien LBC, «le personnel a le sentiment qu’il fait les frais de mauvais investissements réalisés par le management dans le passé».