De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8822 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Bruxelles devient la 12e ville la plus chère au monde en termes de construction. Le cabinet de conseil Arcadis a relayé le rapport «International Construction Costs» 2017, dont l’objet vise à offrir un aperçu des coûts de construction (immobilier et infrastructure) dans les 44 principales villes du monde. Le classement s’appuie sur une analyse de données des coûts de réalisation de 13 types de bâtiments, notamment sur les coûts de la mise en œuvre, des matériaux et autres services (conception et ingénierie). Ainsi, en 2017, Bruxelles est passée de la 13e à la 12e place des villes les plus chères du monde. D’après Rik Menten, du cabinet de conseil Arcadis, «la réglementation devient de plus en plus complexe, augmentant les coûts liés aux permis ou aux études énergétiques. En effet, à partir de 2018, les constructions devront être quasiment neutres en énergie. Un point positif pour l’environnement, mais qui ne permettra pas de réduire les coûts des constructions».

La commune d’Oupeye va accueillir un nouveau quartier d’entreprises. Le village de Houtain-Saint-Siméon, sur le territoire de la commune d’Oupeye, accueillera un nouveau quartier d’entreprises au printemps 2018. En effet, l’Agence de développement économique en Province de Liège (SPI) s’est vu octroyer un million d’euros de la part de la Région wallonne, dans le but de réhabiliter les 3 hectares de l’ancien site de fabrication de radiateurs et de tôlerie de la société Sartel. Selon la SPI, ce projet devrait créer 60 à 120 emplois directs. Selon Serge Fillot, le bourgmestre de la commune, «ce réaménagement a été conçu pour être compatible avec les zones résidentielles avoisinantes. Ce projet a un véritable visage humain. Ce site accueillera entre 10 et 15 PME. D’un point de vue mobilité, il n’y aura pas de grandes modifications des voiries. Nous sommes dans une parfaite intégration entre la vie des riverains et l’activité économique». 

Plusieurs formations universitaires belges sont dans le top 50 mondial de leur discipline. Selon la 7e édition du classement annuel «QS World University Rankings» publié le 8 mars dernier, dix-huit formations universitaires belges figurent dans le top 50 mondial. La plupart de ces formations sont offertes par la Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven) avec onze formations proposées (comme en 2016), et notamment deux présentes dans un top 10 (9e position en dentisterie et théologie). Ensuite, on retrouve l’Université de Gand (Ugent) avec quatre formations, puis l’Université catholique de Louvain (deux formations) et l’Université de Liège (une formation). Notons que Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) trustent les premières places de ce classement, avec respectivement 15 et 12 premières positions sur les 46 matières retenues.

En 2016, les hôtes belges d’Airbnb ont en moyenne gagné 2 300 euros. Selon nos confrères de L’Echo, la location de logements sur la plate-forme américaine Airbnb a permis aux hôtes belges de dégager un revenu moyen de 2 300 euros en 2016. Cette moyenne couvre les 12 500 hôtes belges (+20% par rapport à 2015) qui ont accueilli près de 600 000 personnes l’année dernière. Dans le détail, Bruxelles arrive en tête de l’offre de logements (5 100 hôtes), suivie de la Flandre (4 900) et de la Wallonie (2 500). En revanche, en comparaison d’autres villes européennes, Bruxelles reste à la traîne avec simplement 4,3 hôtes pour 1 000 habitants, contre 29 à Paris et 16 à Amsterdam.

Orange couvre la totalité du métro bruxellois avec la 4G. Depuis peu, la Société de transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) propose le wifi dans certaines stations du métro. Dorénavant, les clients d’Orange Belgium bénéficieront d’une connexion 4G continue sur toutes les lignes et stations de métro du réseau bruxellois, grâce à la mise en place de 67 installations de réseau issues de la collaboration entre la STIB et l’opérateur. Orange justifie cette collaboration par la croissance du trafic des données mobiles utilisées par sa clientèle qui souhaite bénéficier du haut débit quand elle se déplace. Gabriel Flichy, Chief Technology Officer, explique qu’en «proposant la 4G dans tout le métro de Bruxelles, nous répondons à leurs besoins lorsqu’ils se rendent au travail ou vont simplement faire du shopping. Ils peuvent désormais regarder des films, écouter la radio ou consulter leurs médias sociaux en déplacement».