Investissements

Invest’Innove fait le lien entre start-up et financeurs

Publié dans l'édition Nord N. 8821 par

Pour mettre en relation des start-up prometteuses et des investisseurs, le Clubster Santé a mis sur pied la plate-forme Invest’Innove. Des soirées sont régulièrement organisées, au cours desquelles les entreprises se présentent. Un rendez-vous incontournable pour les business angels de la région.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

La dernière soirée Invest'innove s'est déroulée au siège du Crédit du Nord, à Lille.

Quel est le point commun entre Vaxinano et son système de vaccination innovant E-Zyvec et ses outils de cartographie d’ADN, Citymagine et son système d’inspection des infrastructures, Kinestesia, qui capture le mouvement en 3D pour mieux l’analyser ? Ces quatre start-up prometteuses, toutes originaires de la région, ont eu la chance de pitcher leur projet lors de la dernière soirée Invest’Innove. Une présentation de cinq minutes montre en main, suivie d’un échange informel. L’occasion pour les entrepreneurs de revenir sur leur histoire et leur projet, et surtout de présenter leurs perspectives d’avenir et leurs besoins financiers, devant un parterre d’investisseurs de la région. Le but : attirer l’attention d’investisseurs pour réussir sa levée de fonds et poursuivre son développement. Une formule dynamique qui a fait ses preuves depuis son lancement en 2009 : plus de 50 M€ ont été levés grâce à  Invest’Innove. Portée par le Clubster Santé, cette plate-forme réunit les principaux investisseurs institutionnels de la région, qui présentent leurs poulains aux investisseurs privés, entreprises ou business angels. Centrée au départ sur le secteur de la santé, la plate-forme s’est peu à peu ouverte aux entreprises venant d’autres horizons, explique Abderrahmane Atarass, chargé de coordination projet au sein du Clubster Santé. « Invest’Innove met désormais à contribution toutes les structures d’incubation régionales, dans tous les secteurs, qu’il s’agisse d’EuraTechnologies, du Louvre Lens Valley ou de la Plaine Images. Nous leur demandons d’identifier, parmi leurs projets innovants, ceux qui sont mûrs pour une levée de fonds. Pour permettre la plus grande agilité possible, les dossiers sont déposés une vingtaine de jours avant la date de la présentation, pour que les entreprises s’adressent aux investisseurs à l’instant T où elles ont besoin de fonds. C’est pour ça qu’en général, nous recevons peu de dossiers, une grosse dizaine. Nos équipes évaluent et sélectionnent les projets qui seront présentés lors de la soirée. Les deux critères, c’est le caractères innovant du projet, qui doit être incontestable, et le stade de développement de l’entreprise. Certains sont recalés, non parce que le projet n’est pas intéressant, mais parce que le timing n’est pas le bon et qu’il vaut mieux attendre encore un peu plutôt que de se brûler les ailes.« 

Difficile de savoir si les entreprises qui se sont présentées début février, projetant de lever autour de 500 000 € en moyenne, ont trouvé leurs financements, la confidentialité étant de mise. La plate-forme se contente d’assurer la mise en relation entre les entrepreneurs et leurs éventuels financeurs et laisse les contacts se nouer à leur rythme par la suite. Une obligation dans un domaine où la discrétion est la règle. Quatre nouvelles entreprises seront appelées à se présenter lors de la prochaine session, fin avril.