Emploi et formation

L’arrondissement de Lens renoue avec l’emploi

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9631 par

100 900, c’est le nombre de retours à l’emploi enregistré au troisième trimestre de l’année 2016 dans le Pas-de-Calais. Un chiffre record qui n’avait encore jamais été atteint depuis la mise en place de cet indicateur. Cela représente une hausse de près de 6% sur une année, une des meilleures progressions au niveau national.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Presse

Fabien Manouvrier, directeur territorial du Pôle emploi du Pas-de-Calais, a exposé les tendances pour le département du Pas-de-Calais et pour l’arrondissement de Lens-Hénin. A sa droite, Ashila Imad a souligné l’accompagnement à l’embauche et Séraphine Gibaszek (à sa gauche), la rapidité et l’efficacité des services.

Fabien Manouvrier, directeur territorial du Pôle emploi du Pas-de-Calais, arbore un large sourire et il a de très bonnes raisons de se montrer aussi satisfait. Alors que la France connaît une crise qui se traduit par une baisse du pouvoir d’achat et surtout par un taux de chômage toujours très élevé, le département du Pas-de-Calais semble faire exception. «Le Pas-de-Calais, et plus particulièrement la zone de Lens-Hénin, connaît une réelle inversion de tendance et une belle embellie au niveau des emplois», précise-t-il.
Si l’on se réfère aux derniers chiffres du chômage, la région a vu les demandeurs d’emploi de longue durée baisser de 4,9% ; 82,7% des offres en accompagnement ont été satisfaites par le placement d’un demandeur d’emploi ; 13 152 demandeurs d’emploi sont en accompagnement intensif (+25% en un an) ; 60,2% retrouvent un emploi après une formation financée ou rémunérée.
Dans le département, Pôle emploi ne ménage pas ses efforts, notamment en améliorant ses services. Sur les 14 indicateurs de la convention tripartite, le département se démarque sur 13 cibles quand la moyenne nationale est de 12 cibles. «Parmi nos objectifs, nous souhaitons développer l’accompagnement intensif et personnaliser nos relations avec les clients», poursuit le directeur territorial.

Un bon taux de satisfaction. Le développement du numérique modifie profondément le marché du travail. Aussi, est-il normal que Pôle emploi s’adapte au mieux aux nouvelles technologies pour ensuite former les demandeurs et les accompagner dans l’usage du digital. Ainsi, en 2016, Pôle emploi a totalement retravaillé son site internet et offre désormais de nouveaux services dans les onglets « inscription en ligne » et « recrutement ».
Une application mobile a également été lancée et 100 conseillers ont été dédiés au nouvel espace de recrutement sur «Pôle emploi.fr ». Il en résulte un taux de satisfaction très important : 87,6% des demandeurs d’emploi sont satisfaits des services numériques et 90% des utilisateurs approuvent les fonctionnalités du service d’inscription en ligne.
Contrairement aux idées reçues, la plupart des demandeurs d’emploi et des entreprises faisant appel à Pôle emploi sont satisfaits du service proposé. Les dernières statistiques montrent que 76,5% des entreprises sont satisfaites de leur dernière opération de recrutement. Dans le même temps, 84% des demandeurs d’emploi se sont dits entièrement satisfaits par leur dernière visite, 71% des demandeurs d’emploi sont satisfaits des services rendus. Ces très bons chiffres s’expliquent par l’amélioration globale du fonctionnement de Pôle emploi ; 95,8% des paiements sont effectués dans les délais. Et malgré une augmentation de la place du digital, c’est surtout le côté humain qui prime.

Témoignages. Afin de prouver son efficacité, Pôle emploi a demandé à de jeunes employeurs de venir partager leurs expériences.

Ashila Imad devait recruter six salariés pour le restaurant « O’tacos » de Lens. N’ayant aucune expérience en ressources humaines. Il a contacté Pôle emploi : «En une semaine, j’ai passé 30 entretiens d’embauche, assisté par un conseiller afin de poser les bonnes questions.» Sur les six personnes recrutées en période d’essai, quatre font toujours partie des effectifs de son restaurant et ont été embauchées en CDI.
Séraphine Gibaszek est une jeune entrepreneuse qui a créé la micro-crèche «Petit à petons». Elle avait également besoin de quatre employés : grâce au Pôle emploi, elle a reçu plus de 300 candidatures en 48 heures !
Tous ces chiffres et ces témoignages prouvent que Pôle emploi réussit sa profonde mutation afin de s’adapter au marché et répondre aux demandes des demandeurs d’emploi et des entreprises.