Le projet lauréat de la consultation du lot 10.6 à Euralille révélé au Mipim

Le programme «ShAKe» va accueillir le futur siège de la Caisse d’épargne en région Hauts-de-France à horizon 2021

Publié dans l'édition Nord N. 8823 par

Le futur siège de la Caisse d’épargne en région Hauts-de-France, issue de la fusion des Caisses d’épargne Nord France Europe et Picardie, sera situé, à horizon 2021, dans le bâtiment ShAKe, un bâtiment immobilier tertiaire lauréat de la consultation du lot 10.6 à Euralille. Une information révélée par Damien Castelain, président de la MEL, au récent Mipim.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Photo CenfeProjet

Perspective du bâtiment tertiaire ShAKe qui sera construit sur Euralille.

D.R.

Perspective du bâtiment tertiaire ShAKe qui sera construit sur Euralille.

Photo CenfeProjet

 

Dans un communiqué en date du 16 mars 2017, la Caisse d’Epargne Nord France Europe a explicité la genèse de ce projet et ses incidences, rappelant tout d’abord qu’elle est actuellement en phase de rapprochement avec la Caisse d’Epargne Picardie, processus qui doit aboutir le 29 avril à la création de la première banque à l’échelle de la nouvelle région Hauts-de-France.

Investisseur et occupant. Elle y indique aussi être partenaire du promoteur immobilier Nacarat dans le projet qui a été désigné lauréat de la consultation du lot 10.6 à Euralille et intervenir dans ce projet en tant qu’investisseur majoritaire et l’un des futurs occupants de cet ensemble tertiaire. De quoi s’agit-il ? 10.6 est la référence cadastrale d’un terrain situé en proximité de l’actuel siège de la Caisse d’Epargne Nord France Europe, un emplacement emblématique et stratégique positionné, telle une vigie, à l’entrée de Lille, en proximité immédiate du périphérique, des transports en commun et des deux gares lilloises.

Ce terrain, et c’était l’objet de la consultation, permettra la construction d’un ensemble immobilier – en grande partie professionnel – de près de 30 000 m2. Confié aux agences Philippe Chiambaretta Architecture (PCA) – Stream et Topager, cet ensemble immobilier de quelque 30 000 m2 comportera notamment des espaces de bureaux, des services (hôtellerie, restauration, crèche, fitness, co-working, incubateur et agriculture), un restaurant interprofessionnel, un amphithéâtre, un business center, les locaux du Pôle Fintech d’EuraTechnologies et, donc l’implantation du futur siège région de la Caisse d’Epargne en région Hauts-de-France. Nacarat et la SPL Euralille y annoncent 19 523 m2 de bureaux, un business center de 1 343 m2, 3 418 m2 d’espaces de co-working, un incubateur de 1 994 m2, 372 m2 de commerces et 486 m2 d’appart-hôtels pour uninvestissement supérieur à 100 M€.

De conception futuriste et conforme aux nouvelles normes de réglementation dans la construction, cet ensemble fera la part belle à la lumière, aux espaces partagés de vie professionnelle, mais aussi à la fréquentation du grand public. Il est conçu pour créer du lien entre les publics et pour s’adapter aux nouveaux modes de travail et de vie des entreprises.

De 10 à 13 000 m2. Au sein de ce projet, la future Caisse d’Epargne Hauts-de-France occupera de 10 à 13 000 m 2 pour l’implantation de son siège lillois. Le siège actuel de la Caisse d’Epargne Nord France Europe, situé 135 Pont de Flandres à Euralille, est en effet devenu trop étroit pour accueillir les collaborateurs de ses fonctions dites « supports » dans des conditions optimales de travail et d’échanges. Il faut se rappeler que cet immeuble « Willy Brandt » avait initialement été conçu dans les années 2000 par la Caisse d’Epargne de Flandre pour un effectif bien moindre que celui de la Caisse d’Epargne Nord France Europe (550 collaborateurs)… Par voie de conséquence, il est également trop petit pour être l’un des deux principaux sièges de la future Caisse d’Epargne Hauts de France.

Ce projet répond donc à l’ambition de la Caisse d’Epargne d’offrir à ses collaborateurs des espaces de travail modernes, collaboratifs et ouverts sur leur environnement, tout en gardant une implantation stratégique et facilitante en proximité des gares, des transports en commun et des accès autoroutiers.

A horizon 2021. Le permis de construire sera déposé courant 2017, précise encore le communiqué, pour un début des travaux en 2018. Ceux-ci dureront environ 2 années pour une livraison à l’été 2020 et une occupation dans les 6 mois qui suivront. La partie non occupée par la Caisse d’Epargne sera commercialisée par des sociétés spécialisées en direction d’investisseurs.

 

ENCADRE

Questions à François Codet, coordinateur du projet

 

« Ce projet sera fédérateur pour la future Caisse d’Epargne des Hauts-de-France »

 

Photo FrançoisCodet

François Codet.

 

Membre du directoire chargé du pôle finance de la Caisse d’Epargne Nord France Europe depuis la fin avril 2015, François Codet a aussi la charge de ce projet immobilier.

 

Pourquoi ce projet ?

 

« Cela fait un an que nous travaillons à ce projet de réinstallation, depuis que la SPL Euralille a lancé l’appel à projet sur le lot 10.6. Nous avions déjà le sujet de l’étroitesse de notre siège et l’idée d’avoir un projet immobilier avec la double volonté affichée de rester à proximité immédiate des gares de Lille pour pouvoir être facilement accessible depuis les principales villes de la nouvelle Région. Conscients qu’il n’y aurait pas beaucoup d’autres opportunités sur Euralille, nous avons vite conclu que nous avions intérêt à monter un projet avec Nacarat. Le sujet a suivi son cheminement jusqu’à la décision de la SPL Euralille qui nous a été annoncée le 8 février et a été rendue publique le mercredi 15 mars. »

 

Comment se présente ce projet ?

 

« Nous allons maintenant travailler avec les équipes de Nacarat sur le montage juridico-financier de cette opération. Il est acquis que nous serons propriétaire de 10 à 13 000 m² que nous allons occuper. Pour le reste de l’immeuble, nous pourrons en détenir une partie via une foncière en patrimoine immobilier locatif. Nous avons reçu des marques d’intérêt de la part d’investisseurs vu la qualité de l’emplacement. Le tour de table exact fait partie des travaux à mener. L’ordre de grandeur de l’investissement peut être raisonnablement estimé entre 100 et 120 M€ pour cet immeuble premium que nous voulons aussi très qualitatif. »

 

Cela changera-t-il quelque chose pour votre personnel ?

 

« Dès l’annonce du résultat de l’appel à projet, nous avons communiqué et réaffirmé notre respect des bassins d’emploi dans le cadre de la fusion. Amiens et ses 350 emplois resteront à Amiens. Ce serait un non sens régional, social et économique que de faire travailler à Lille tous les collaborateurs des fonctions dites « supports », d’autant qu’on peut espérer dans quelques années une liaison rapide de type TER-GV entre Lille et Amiens… Le nouvel immeuble a vocation à accueillir les équipes de Willy Brandt et une partie de celles installées à Lens. Sur Lille, il s’agit d’un remplacement et d’un d’immeuble qi concernera de 550 à 600 collaborateurs. Nous quitterons les 7 000 m² de Willy Brandt dont nous sommes propriétaires pour les proposer soit à la location, soit à la vente, ce qui ne devrait pas poser de difficultés vu ici aussi la qualité de l’emplacement. En choisissant de nous développer durablement sur Euralille, nous réaffirmons notre croyance en l’avenir d’Euralille et en celui de la région . De plus, en ce moment de fusion, et c’est le hasard du calendrier de la SPL, avoir un projet qui sera celui de la future caisse des Hauts-deFrance est un élément fédérateur qui aura un impact fort. En faire aussi un immeuble avec d’autres activités dans un esprit d’ouverture à l’envrionnement est aussi un point important qui correspond bien aux nouvelles façon de travailler, le co-working, la trasversalité… »