Un investissement colossal pour la ligne ferroviaire Roissy-Picardie

Publié dans l'édition Nord N. 8823 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

La Région Hauts-de-France engage plus de 100 millions d’euros pour la ligne ferroviaire Roissy-Picardie. Les travaux débuteront dès 2019 pour une mise en service en 2024. 14 000 voyageurs par jour sont attendus en 2030 sur la liaison.

Mieux raccorder la Picardie au réseau à grande vitesse, créer un nouvel accès à l’Ile-de-France pour les habitants du versant sud de la Région Hauts-de-France, améliorer les déplacements quotidiens, tel était le défi à relever pour Xavier Bertrand. C’est chose faite depuis la séance plénière du 30 mars : la Région participera à hauteur de 105,6 M€, soit plus du tiers du montant total de 310 M€, au financement des travaux de réalisation de la nouvelle ligne. Cette nouvelle ligne ferroviaire de 7 km permettra de connecter à la gare de Paris-Aéroport Roissy CDG, par des liaisons sans correspondance, les agglomérations de Survilliers et Fosses (dans le Val-d’Oise), de Chantilly, Creil et, au-delà, de Pont-Sainte-Maxence, Clermont, Compiègne (dans l’Oise) et Amiens (dans la Somme). En plus de cet investissement, la Région permettra la mise en service du barreau, car, pour la première fois, une Région accepte de financer le fonctionnement du TGV qui fera la liaison, pour un coût de 10 M€ par an. Selon Xavier Bertrand et Gérald Darmanin, «le barreau Roissy-Picardie est essentiel pour la mobilité des habitants de notre région et pour son développement économique, donc pour l’emploi. Nous en avons fait une priorité». Aujourd’hui, pour faire Creil-Roissy, il faut compter au minimum 30 minutes en voiture, 45 minutes en ligne routière régionale, 1 heure 10 en transports en commun en passant par Paris. Demain, avec le barreau Roissy-Picardie, le trajet ne prendra plus que 22 minutes en train…