De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8832 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le gouvernement vend 25% de sa participation dans BNP Paribas. Le gouvernement fédéral belge a indiqué par l’intermédiaire de Johan Van Overtveldt, ministre des Finances, qu’il allait procéder à la cession de 25% de sa participation dans le groupe bancaire BNP Paribas, qui passera de 10,3% à 7,8%. L’opération, qui pourrait rapporter près de 2,1 milliards d’euros au trésor belge, sera menée sous la direction de la cellule politique du ministre des Finances et du Premier ministre, en collaboration avec les cabinets Lazard et Allen & Overy. «Cette transaction nous permet de gagner sur les deux tableaux. D’un côté, nous parvenons à réaliser une plus-value importante en procédant à cette vente. De cette manière, nous contribuons de façon importante au désendettement et nous limitons notre risque à l’égard du secteur financier. De l’autre côté, je tiens à faire remarquer que seule une partie de la participation est réalisée, parce que nous attachons de l’importance à notre participation à long terme dans BNP Paribas, en particulier pour l’importance économique de cette banque dans notre pays», a expliqué le ministre des Finances. Rappelons que l’Etat belge était devenu actionnaire de BNP Paribas en 2008 dans le but de sauver Fortis.

Volvo enverra des voitures depuis la Chine vers le port de Zeebrugge. Inaugurée le 13 mai dernier en présence du ministre belge de l’Economie, Kris Peeters, la liaison ferroviaire entre Daqing et le port de Zeebrugge est effective. Ainsi, chaque semaine, le constructeur suédois expédiera par train plusieurs centaines d’automobiles produites par son usine chinoise vers le port belge. Selon Joachim Coens, président du Port, la portée d’un tel projet est essentiellement symbolique. Il précise que «dans un premier temps, on compte sur trois trains d’environ 120 voitures chacun par semaine». Le premier train au départ de la Chine, dont le voyage devrait durer 20 jours, débutera fin juin. Le modèle des voitures transportées sera le S90.

Dreamwall a collaboré à l’habillage télévisuel de France Télévisions pendant les élections françaises. Le studio de design graphique et d’animation belge basé à Marcinelle (Charleroi) était en charge, aux côtés de Zero Density, de la réalisation des émissions en direct des premier et second tours des élections présidentielles sur la chaîne du service public France 2. Dans le cadre de cette collaboration, Dreamwall a réalisé l’habillage télévisuel des deux soirées électorales en ayant recours à la réalité augmentée, des décors virtuels, des animations et des infographies et en utilisant l’outil “Reality” de Zero Density. «Nous avons fourni exactement ce que France Télévisions espérait (…), c’était leur première expérience de la sorte. Ce qu’ils demandaient était très ambitieux et ils comptaient sur notre expertise et notre capacité à pousser au maximum l’outil ‘Reality’ de Zero Density. Nous avons mené ce projet ambitieux en six semaines, depuis la réunion de démarrage au direct», a affirmé Thibault Baras, directeur de Dreamwall.

Le salaire moyen brut du travailleur belge s’élève à 3 401 euros par mois. Selon les derniers chiffres publiés par le magazine Vacature et l’université de Louvain, relayés par nos confrères de Het Laatste Nieuws et De Morgen, en moyenne un travailleur belge gagne 3 401 euros brut par mois, soit une augmentation de 4,3% du salaire depuis 2014 (il s’élevait alors à 3 261 euros). L’augmentation du salaire moyen brut serait en partie liée à l’indexation des salaires, aux primes d’ancienneté, à l’augmentation des barèmes. Les salaires les plus élevés se trouveraient dans les secteurs des industries chimiques et pharmaceutiques avec un salaire de 3 997 euros pour un employé ayant vingt ans d’expérience et jusqu’à 6 194 euros pour un cadre. A l’opposé, c’est dans l’Horeca (hôtellerie, restauration et cafés) que se trouvent les travailleurs les moins bien rémunérés : un employé après vingt années d’expérience gagnerait en moyenne 2 501 euros, tandis qu’un cadre du secteur gagnerait 3 838 euros brut par mois.

En mars, la balance commerciale de la Belgique était en déficit d’1,5 milliard d’euros. Le 15 mai dernier, la Banque nationale de Belgique a indiqué dans une de ses estimations que la balance commerciale de la Belgique avait affiché un déficit d’1,5 milliard d’euros. En effet, les importations (24,7 milliards d’euros) ont été plus importantes que les exportations (23,2 milliards d’euros), avec une progression respective de 10,9% et 16,9% par rapport au mois de mars 2016 (déficit commercial de 0,2 milliard d’euros à l’époque).