De l’autre côté de la frontière

Publié dans l'édition Nord N. 8830 par

Le site Internet Kapaza.be cesse ses activités. Le site de bonnes affaires créé en 2003 a annoncé par un communiqué qu’il cesserait toutes ses activités sur le marché belge des petites annonces dès le 13 mai, sans mentionner la raison de la cessation de ses activités. «C’est avec le cœur lourd que nous devons vous annoncer […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Le site Internet Kapaza.be cesse ses activités. Le site de bonnes affaires créé en 2003 a annoncé par un communiqué qu’il cesserait toutes ses activités sur le marché belge des petites annonces dès le 13 mai, sans mentionner la raison de la cessation de ses activités. «C’est avec le cœur lourd que nous devons vous annoncer que Kapaza va arrêter ses activités ce 13 mai 2017. Cela a été une décision difficile à prendre, mais en prenant en considération tous les éléments en notre possession, nous n’avons tout simplement pas d’autres options», explique le site Internet. Dans la foulée, on apprenait que son concurrent 2ememain.be allait rependre une partie des actifs de Kapaza, notamment son nom de domaine, l’URL et une partie de sa clientèle.

Thales Alenia Space ouvre une nouvelle usine en Belgique. L’entreprise, qui évolue dans le secteur de l’industrie spatiale, a annoncé le 2 mai dernier son intention d’investir 20 millions d’euros dans la création d’une usine à Hasselt – la troisième en Belgique, après les sites de Mont-sur-Marchienne et de Louvain –, dédiée à la production automatisée de l’assemblage de cellules photovoltaïques pour les satellites. Ce site a pour vocation de devenir la vitrine de l’industrie 4.0 de Thales Alenia Space. L’entreprise a choisi de s’implanter à Hasselt «d’abord parce que nous savons que nous pouvons trouver dans la région tout un écosystème de compétences en énergie photovoltaïque qui va nous être très utile pour réussir notre défi. Et aussi, de manière plus globale, parce que nous savons que nous pouvons compter sur le soutien des autorités belges, qui continuent d’investir dans le spatial et avec qui nous travaillons en étroite collaboration. On vise, dans un premier temps, un nombre d’emplois de l’ordre d’une vingtaine de personnes dans cette nouvelle usine, qui s’ajoutent à l’ensemble des emplois que nous avons créés, plus de 250 en trois ans, sur nos différents sites en Belgique», précise le directeur général de Thales Alenia Space Belgique, Emmanuel Terrasse.

La Belgique dans le top 10 européen concernant l’adaptation aux évolutions technologiques. Selon une étude publiée le 3 mai dernier par l’organisation patronale flamande Voka, en présence d’Alexander De Croo, le ministre de l’Agenda numérique, la Belgique occuperait la 8e place sur les 28 Etats membres de l’Union européenne concernant l’aptitude à s’adapter aux changements technologiques. Les trois premières places sont occupées par les pays scandinaves dans l’ordre suivant : Suède, Danemark et Finlande. De fait, selon l’étude, ce sont les secteurs du marché du travail – en raison de son faible taux d’emploi et du nombre peu élevé de spécialistes des TIC – et de l’enseignement – les formations continues sont quasi inexistantes et trop peu d’étudiants choisissent les filières scientifiques. D’après Voka, il faudrait attirer des techniciens ainsi qu’une plus grande flexibilité du marché du travail.

Trois sociétés du groupe industriel belge WOW déposent le bilan. Le groupe fondé en 1983 par Joël Demarteau a annoncé dans un communiqué que les sociétés WOW Technology (spécialisée dans la conception et la réalisation d’équipements automatisés et robotisés destinés à des applications industrielles), WOW Company (présente sur le marché de la fabrication de boules à vagues) et WIN Tech (active dans la fabrication de machines à l’attention des menuiseries industrielles), toutes les trois basées à Naninne (Namur), ont chacune fait l’objet d’un dépôt de bilan. Cette décision est liée à la «détérioration rapide» des résultats de l’entreprise WOW Technology depuis un an, qui a conduit à «une situation financière intenable pour les trois sociétés». Une centaine d’emplois sont menacés.

L’aéroport de Charleroi (BSCA) va relier Minsk en Biélorussie. L’inauguration de la ligne entre la ville belge et la capitale de la Biélorussie s’est faite en présence des responsables de l’aéroport de Charleroi, du ministre wallon René Collin et de l’ambassadeur de Biélorussie en Belgique. La liaison sera assurée par la compagnie aérienne Belavia à raison de trois vols hebdomadaires. Selon le porte-parole de l’aéroport de Charleroi, cette ligne permettra non seulement de rejoindre la Biélorussie, mais aussi une vingtaine de nouvelles destinations à partir de Minsk.