Air France KLM/Safran au salon MIH

Se faire connaître et trouver des prestataires

Publié dans l'édition Nord N. 8832 par

Parmi les exposants à ce salon, des fidèles bien sûr, mais aussi des nouveaux. Ainsi ce stand qui voyait la réunion de deux entités aux noms connus : Air France Industries/KLM Engineering and Maintenance et Safran Aircraft Engines.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Toutes deux sont aujourd’hui associées dans une « co-entreprise » (dont le nom n’est pas encore connu), porteuse de leur projet commun qui doit voir le jour à Rosult, dans le parc d’activités de Sars-et-Rosières.

Maintenance. Comme le précise Thomas Grosclaude, chef de projet, «le groupe Air France KLM est numéro deux mondial de la maintenance aéronautique multiproduit». Quant à l’entité Safran Aircraft Engines, elle conçoit et produit des moteurs d’avion dont elle assure également la maintenance. «Tous deux avaient donc un intérêt commun à compléter leurs schémas industriels afin de disposer en interne de capacités étendues pour la réparation de certaines pièces de moteurs d’avions civils, en l’occurrence les pales de compresseurs haute pression. D’où ce projet d’une nouvelle entreprise dans laquelle Safran détiendrait 51% du capital.»

Objectif fin 2018. Où en est ce projet ? Le chef du dit projet indique que la construction a démarré en avril et que la livraison du bâtiment est prévue pour le courant du premier trimestre 2018. Le démarrage de l’activité interviendrait au cours du second semestre de la même année. Ces locaux représenteraient 5 000 m2 construits sur un terrain de 13 000 m2. Côté emploi, 40 personnes seraient embauchées au démarrage, fin 2018 donc, et l’effectif pourrait atteindre les 200 personnes en CDI à l’horizon 2022, à l’issue de la montée en charge. L’investissement est annoncé à hauteur de 20 millions d’euros, les subventions publiques (Etat, Région et CAPH) représentant 10%.

Recherche de prestataires. Pourquoi être présent au salon ? M. Grosclaude, qui devrait être le président de la future entreprise, explique assez logiquement que les futurs responsables sont venus se faire connaître localement et faire découvrir un projet dont la préparation est bien engagée. «On est venu aussi pour rencontrer de potentiels prestataires locaux, dans les domaines de la logistique ou de la maintenance industrielle par exemple.»

Le salon MIH est, on l’a dit, un lieu d’échanges et de business. En voici un bel exemple.

D.R.

Thomas Grosclaude, chef de projet, et Lise Vanhille, DRH de la future co-entreprise qui doit se mettre en place à Rosult.