Eurotunnel poursuit ses investissements

Trois nouvelles navettes fret pour accompagner la croissance du trafic

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9637 par

Ce 27 avril, Eurotunnel a inauguré trois nouvelles navettes fret en présence du président de la Région, Xavier Bertrand. Une inauguration qui fait écho aux chiffres records du groupe en ce premier trimestre en ce qui concerne le trafic de marchandises.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Les bonnes nouvelles s’enchaînent pour le groupe d’exploitation du tunnel sous la Manche. Eurotunnel a inauguré trois nouvelles navettes fret, longues de 800 mètres – l’équivalent de quatre TGV mis l’un derrière l’autre – et pesant 2 500 tonnes, fruit d’un investissement de 40 millions d’euros, intégralement à la charge de l’entreprise. «On a deux records historiques au premier trimestre et c’est la première fois depuis 1999 qu’on met en service trois nouvelles navettes, avance Jacques Gounon, PDG du groupe Eurotunnel. Il s’agit d’un investissement qui augmente notre capacité de transport de 20%. Une navette telle que celle-ci va traverser la Manche 20 fois par jour et va transporter en un an 150 000 camions de 40 ou 44 tonnes…» Jacques Gounon s’attend à devoir gérer 20% supplémentaires sur le trafic par navettes en l’an 2020 : l’objectif du dirigeant du groupe est de faire traverser la Manche à deux millions de camions, alors que l’an dernier, c’était 1,6 million de véhicules qui transportaient 21,3 millions de tonnes de marchandises. Au total, ce sont aujourd’hui 18 navettes fret qui auront la charge de tendre vers cet objectif.

Prouesse technologique. Ce sont les propres mots du président-directeur général : «Pour toute nouvelle technologie, pour tout nouveau matériel nous avons intégré, après trois ans d’études, tous les savoir-faire de l’entreprise.» Et au vu des 220 heures de tests que les navettes fret ont dû effectuer au long d’un parcours total de 6 000 km, avant d’être mises en circulation en février dernier, autant dire que le retour d’expérience a été fructueux. Les wagons, désormais plus aérodynamiques, ont effectué depuis le 20 février 1 000 missions sans encombres, ce qui représente «plus de 20 000 camions» transportés sur 58 000 km depuis leur mise en service. 

Mise en œuvre. «On est parti sur la base de la deuxième génération de navettes, on a voulu les faire évoluer», explique Thibault Duquesne, chef du projet. L’équipe avait un véritable challenge à relever : le temps. Le délai de deux ans, très court pour ce type de projet, a contraint le chef d’équipe à «ne pas être trop ambitieux» : «Deux ans, c’est court. On a essayé de faire remonter toute notre expérience de ces dernières années. On s’est tourné vers l’amélioration de la maintenabilité, la sécurité des techniciens…» Visiblement fier, le chef de projet poursuit le détail des opérations : «On a retravaillé sur le plancher pour qu’il ait une meilleure tenue, étant donné qu’il est très sollicité par les camions. Un attelage – qui permet de relier les wagons entre eux – est lourd, difficile à manœuvrer. Il fallait que quelqu’un se glisse sous les voies pour aller le faire, aujourd’hui il le fait depuis le haut du wagon.»

 

CAPresse

Xavier Bertrand était présent pour mettre en valeur le groupe d'exploitation du tunnel sous la Manche.

 

CAPresse

Jacques Gounon a mis en avant les résultats records de l'entreprise au premier trimestre 2017.