Les 6 et 7 juillet 2017

Les experts-comptables réunis au Touquet pour la 7e édition de Campus Experts

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9644 par

Actualité oblige – leur congrès national à Lille fin septembre –, la 7e édition de Campus Experts, qui réunit les experts-comptables de la région pour deux journées professionnelles de formation et d’information, a été avancée aux 6 et 7 juillet 2017 au Touquet. Entretien avec Hubert Tondeur, président du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables de la région Lille Nord – Pas-de-Calais.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

D.R.

Hubert Tondeur, président du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables.

D.R.

Hubert Tondeur, président du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables. 

 

La Gazette : Comment se présente cette 7e édition de Campus Experts ?

Hubert Tondeur : Cette édition 2017 de Campus Experts présente un caractère un peu spécial en ce sens qu’elle a été avancée au début de ce mois de juillet eu égard à la tenue du 72e congrès de l’Ordre national qui se tiendra à Lille fin septembre. Ceci dit, comme chaque année, les professionnels du chiffre de toute la région vont se retrouver pour deux journées d’information, de formation et d’animations, à la fois conviviales et très professionnelles. Elles seront l’occasion à la fois de faire le point sur l’année 2016 écoulée, lors de l’assemblée générale, de recevoir les nouvelles consœurs et les nouveaux confrères pour leur prestation de serment et la remise du prix du Meilleur Mémoire,  de parfaire leurs connaissances professionnelles via les sept temps de formation qui sont proposés.

Le Conseil régional de l’Ordre a sollicité la présence de son ministre de tutelle, qui est aussi en l’occurrence le «régional de l’étape», Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics depuis le 17 mais 2017, qui l’a assuré de sa présence pour autant que son agenda lui en laisse la possibilité. La présence du nouveau président du Conseil supérieur de l’Ordre, Charles-René Tandé, dont ce sera la première venue dans la région puisque élu depuis le 14 mars 2017, est quant à elle assurée.

 

Quelle est l’actualité professionnelle des experts-comptables dans la région ?

Pour les quelque 1650 membres de l’Ordre, pour moitié personnes physiques et pour l’autre personnes morales, la période fiscale bat son plein et ceux qui exercent aussi concomitamment le commissariat aux comptes viennent de terminer leur période d’audit. Les deux professions suivent avec attention la mise en place, obligatoire depuis le 1er janvier, de la DSN (déclaration sociale nominative), qui repose sur la transmission unique, mensuelle et dématérialisée des données issues de la paie et sur des signalements d’événements. Elles ont noté aussi l’annonce, le 6 juin dernier par le Premier ministre Edouard Philippe, du report à janvier 2019 du prélèvement à la source, c’est-à-dire sur la fiche de paie, chaque mois, de l’impôt sur le revenu, et d’une expérimentation entre juillet et septembre de cette année avec des entreprises volontaires.

L’autre volet de l’actualité régionale, c’est le regroupement à venir des deux Conseils régionaux de l’Ordre, Lille Nord – Pas-de-Calais et Picardie. Ce regroupement est désormais acté et sera effectif après les prochaines élections ordinales sur la base d’un unique tableau des experts-comptables. Les élus de l’ensemble des cinq départements concernés composeront la nouvelle entité Conseil régional de l’ordre des experts-comptables Hauts-de-France. Elle aura son siège à Lille avec une antenne à Amiens.

 

La profession a connu bien des évolutions ces dernières années. Quelles sont les attentes des professionnels du chiffre de la région à l’égard du national ?

Au-delà des relations que le national doit entretenir avec les pouvoirs publics, il y a une forte attente pour que le Conseil supérieur développe la communication de l’expert-comptable auprès de son marché. Il lui faut expliquer que l’expert-comptable est un professionnel qui intervient sur de nombreuses dimensions de la gestion des entreprises, vecteur important du conseil dans toutes ses dimensions et pas seulement dans celle, historique, de la comptabilité. Aujourd’hui, les experts-comptables peuvent faire des activités de conseil indépendamment de leur mission principale qu’est la comptabilité. Il est très important que de façon institutionnelle, le Conseil supérieur mette en place la communication nécessaire pour que le chef d’entreprise en soit informé et ait le réflexe expert-comptable. Cette thématique du conseil est d’importance pour la profession. Elle est l’objet du prochain congrès à Lille, tant il est important que les experts-comptables et les clients le considèrent réellement comme une activité à part entière, avec les problématiques qui s’y rapportent, commercial, marketing, restitution aux clients… Les cabinets d’experts-comptables doivent devenir de véritables entreprises de conseil.

 

D’autres évolutions sont-elles encore attendues ?

La profession a deux sujets qui n’ont pas été entendus pendant la précédente mandature et par le précédent gouvernement alors que les textes étaient dans les tuyaux. Le Conseil supérieur doit et continuera de les porter auprès des pouvoirs publics. Le premier sujet est celui des honoraires de succès, c’est-à-dire la possibilité pour les experts-comptables d’avoir des honoraires qui soient fonction d’une performance objective. Il était inscrit dans le projet de loi «Economie : croissance, activité et égalité des chances économiques», dit «loi Macron», mais a été supprimé dans la dernière version soumise devant le Sénat. Le second est celui du maniement des fonds, c’est-à-dire la possibilité de faire des opérations financières pour le compte d’un client.

 

Sur le plan économique, il est de plus en plus fait état d’une embellie. Quel est votre sentiment ?

Je pense qu’il y a une embellie et surtout qu’elle est le fait du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), qui a apporté une vraie bouffée d’oxygène aux entreprises en renflouant la trésorerie de nombre d’entre elles. Sur l’amélioration du chiffre d’affaires des entreprises, je n’ai pas l’impression de la voir venir, en tous cas chez mes clients… Que l’état d’esprit des chefs d’entreprise soit davantage positif, qu’ils réinvestissent un peu et que les perspectives soient meilleures, j’en conviens, mais je n’ai pas réellement l’impression que cela se traduise immédiatement par une embellie de l’activité des entreprises. Mais tout est relatif et j’aurais plutôt tendance à dire que cette embellie est relative avec peut-être certains secteurs qui, après avoir connu des chutes relativement importantes, se sont stabilisés ou sont en voie de se stabiliser, d’autant que le nombre d’entreprises défaillantes reste important.

Reste que le CICE a clairement et indéniablement sauvé de nombreuses entreprises qui connaissaient de grosses difficultés financières ou de trésorerie en leur apportant une réduction de leur coût salarial. Quant au suramortissement supplémentaire de 40% sur les investissements industriels, il a surtout incité les entreprises plus importantes à investir, voire à anticiper un peu l’investissement qu’elles avaient dans les tuyaux. Beaucoup ont été faits sur 2016 et sur 2017. Mais les politiques économiques ne sont pas d’effet immédiat, alors gageons que celles initiées avec le suramortissement et le CICE et celles à venir produiront leurs effets dans les mois prochains.

 

Où en êtes-vous de la préparation du 72e congrès ?

La région se mobilise bien. Nous sommes sur le trend habituel d’inscriptions en cette période fiscale qui n’est pas celle où les experts-comptables s’inscrivent, mais nous avons l’objectif ambitieux d’accueillir 5 000 experts-comptables, soit au total près de 9 000 personnes à Lille sur la durée du congrès. Le congrès des experts-comptables, c’est le plus gros congrès monoprofessionnel de France et ce n’est pas une petite affaire que de l’organiser. Pour accueillir ses participants, nous travaillons à mobiliser les jeunes qui sont inscrits dans les formations de comptabilité et de gestion, les Jeunes Experts-Comptables… Campus Experts sera l’occasion d’approfondir cette mobilisation, tant il importe que les congressistes saisissent l’opportunité de devenir de vraies entreprises de conseil. Plus qu’au nombre de participants – c’est un beau challenge à remplir ! –, c’est à l’aune du conseil que ce congrès sera une réussite.

 

ENCADRE

Au programme de Campus Experts 2017

 

Quelque 300 experts-comptables sont attendus les jeudi 6 et vendredi 7 juillet au palais des Congrès du Touquet pour un programme d’information, de formations et d’animations très large.

• Jeudi 6 juillet

– 8h30 : accueil

– 9h- 10h30 : assemblée générale du CROEC

– 11h30-13h, 14h-16 h et 17h-18h30 : formations

– 19h30 : prestation de serment et remise du prix du Meilleur Mémoire

– 21h : remise des médailles des professions.

• Vendredi 7 juillet

– 9h-10h et 11h30-13h : formations.

Les temps de formation seront consacrés aux Actualités fiscales, Actualités sociales, Actualités associations ainsi qu’aux solutions d’audit du FEC, pour ce qui est des formations en cours d’homologation ; et à l’obligation de conseil de l’expert-comptable, l’installation au Royaume-Uni et Facturer le social pour les autres.