Ce qu’il faut retenir de la cérémonie de clôture

Publié dans l'édition Nord N. 8839 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Pour terminer en beauté la quatrième Université des entrepreneurs, Didier Leroy, vice-président de Toyota et Marc Ingla, nouveau directeur général du Losc étaient invités à présenter les grandes lignes de développement de leurs institutions. Issus de deux secteurs éloignés, les deux hommes partagent la même volonté : celle du changement et on l’a bien compris : l’avenir se joue maintenant. Retour sur les séquences fortes des discours.

 

Didier Leroy, vice-président de Toyota.

« Nous vendons plus de 10 millions de voitures par an. Notre objectif n’est pas la course à l’échalote mais la croissance. Le Monde change et les enjeux de mobilité sont énormes, nous devons créer de nouveaux services, de nouveaux types de mobilité. Toyota se réinvente, si aujourd’hui nous ne sommes pas connectés, nous sortons du jeu. Il faut arrêter de demander du fric, il faut avant tout développer des projets.Nous allons vers une société hydrogène qui est vu à l’avenir comme un vecteur d’énergie pour les transports mais pas que. Nous avons créer une organisation mondiale hydrogène qui rassemble aujourd’hui une quinzaine de partenaires. Il faut agir aujourd’hui pour l’avenir »

 

D.R.

Dider Leroy.

Marc Ingla, directeur général du Losc.

« Un club de football est une entreprise comme une autre. Le Losc est aujourd’hui une machine qui perd de l’argent mais nous devons investir dans un projet sportif pour figurer dans le top 5 des clubs français et dans le top 3 d’ici quelques années. Il est important d’être visionnaire et de savoir identifier ses atouts. Nous sommes en train de bâtir un projet multidimensionnel. Notre objectif est de développer un football spectaculaire et gagner avec les meilleurs talents. Nous visons un développement et un rayonnement international. Nous allons tout essayer, nous allons nous tromper mais nous allons réussir. Si nous avons choisi Marcelo Bielsa comme entraîneur c’est pour que le monde entier parle de nous. Nous nous engageons également à être plus proches des entreprises de la région et des lillois. Nous voulons ramener le Losc dans la ville. Nous voulons écrire l’histoire et ne nous fixons aucune limite. »

 

D.R.

Marc Ingla.