Eurotunnel vend deux des navires de MyFerryLink à DFDS

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9648 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Eurotunnel a vendu deux des trois navires qui étaient affrétés au fonctionnement de MyFerrylink, la filiale maritime du groupe franco-britannique, auparavant sous le coup d'une période d'inaliénabilité imposée par le tribunal de commerce en 2012.

Le groupe Eurotunnel a annoncé la nouvelle le 23 juin dernier. Le groupe franco-britannique a vendu deux de ses trois navires, le Rodin et le Berlioz (depuis renommés Côte des Flandres et Côte des Dunes) à l'armateur DFDS. Jusqu'alors, l'entreprise danoise louait les navires à la filiale maritime d'Eurotunnel, MyFerryLink, en attendant que la période d'inaliénabilité imposée par la justice se finisse. Le troisième navire, le Nord – Pas-de-Calais, est pour l'heure loué à FRS Iberia, un armateur espagnol.
Crise sociale. Une polémique avait éclaté autour de MyFerryLink, marque sous laquelle la SCOP SeaFrance (créée par d'anciens salariés de la compagnie transmanche du même nom) louait ses services. L'autorité de la concurrence britannique avait interdit l'accès aux côtes anglaises à MyFerryLink, estimant qu'il y avait concurrence déloyale de la part d'Eurotunnel. La réaction des syndicats ne s'était pas faite attendre, déclenchant, avec la location de la flotte au concurrent danois, des blocages dans le premier port de voyageurs de France durant l'été 2015. Moins d'un quart des employés de la SCOP SeaFrance ont été reclassés, des anciens employés ayant attaqué DFDS pour demander leur réintégration...
CAPresse

Deux des trois navires exploités par la SCOP SeaFrance ont été vendus à l'entreprise danoise DFDS. Une page de l'histoire du transmanche qui se tourne...