Première en région co-organisée par le Groupe BPCE, la Banque Populaire du Nord la Caisse d’Epargne Hauts de France

La démarche Open innovation du Groupe BPCE explicitée à l’écosystème régional de l’innovation

Publié dans l'édition Nord N. 8839 par

La première édition en région du Digital Networking du Groupe BPCE a réuni près de 250 personnes à Euratechnologies Lille le 3 juillet dernier. L’occasion de présenter sa démarche open innovation devant l’écosystème régional de l’open innovation : start-ups, incubateurs… dans un moment de découvertes, d’échanges et de partages autour de leurs retours d’expérience, leurs idées, leurs projets, pour imaginer, ensemble, les produits et services de la banque de demain.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

 

D.R.

De g. à dr., Fabrice Bouvier, Directeur Général de la Banque Populaire du Nord, Yves Tyrode, Directeur Général du Groupe BPCE en charge du digital, et Alain Denizot, Président du Directoire de la Caisse d'Epargne Hauts de France.

 

 

Ce n’est pas tous les jours que la Banque Populaire du Nord et la Caisse d’Epargne Hauts de France tiennent manifestation commune. Cela a été le cas le lundi 3 juillet avec la tenue à Lille Euratechnologies du premier Digital Networking en région, une manifestation dont le Groupe BPCE, qui s’appuie sur ses deux grands réseaux coopératifs, Banque Populaire et Caisse d’Epargne, ainsi que sur ses filiales, est l’initiateur avec une première nationale qui s’est tenue à Paris le mardi 21 mars.

« Beaucoup d’enjeux à partager avec les startups ». Pourquoi deux banques pour un seul événement ?, a interrogé Fabrice Bouvier, directeur général de la Banque Populaire du Nord. « Nous sommes ici deux marques d’un même groupe, nous sommes chefs d’entreprises directement impactés par la révolution technologique dans l’exercice de nos métiers que ce soit en matière digitale, dans la relations client ou dans la relation avec nos collaborateurs, à travers l’intelligence artificielle ou dans la gestion des données. Nous avons besoin de partager avec des startups, c’est d’abord un plaisir d’entrepreneur et c’est toujours un plaisir si nous pouvons aider au démarrage ou dans le partage du développement. Au-delà de la réactivité nécessaire dans la relation client, une des premières conséquences de l’émergence du monde digital est l’impact sur le modèle managérial à travers les méthodes collaboratives et participatives… ».

Quant à Alain Denizot, président du directoire de la Caisse d’Epargne Hauts de France, il a indiqué avoir, en tant qu’entreprise, avoir « beaucoup d’enjeux à partager avec les startups. Notre métier avec 356 agences est fortement ancrée dans les territoires, mais aussi dans la proximité avec les clients. Qui mieux que le digital met le client en très grande proximité ? » Et d’insister « Tous ces équipements digitaux sont essentiels pour nous», en se réjouissant de cette soirée d’échanges et de partages, de découverte de projets, d’innovations, de prises de contacts et saluant au passage EuraTechnologies dont la Caisse d’Epargne est devenue actionnaire et administrateur, au-delà d’investisseur foncier.

Pragmatisme et réactivité. En tant que pilote depuis septembre 2016 aux côtés de François Pérol, président du Groupe BPCE, de l’accélération et de la mise en œuvre de la stratégie digitale du groupe, Yves Tyrode, directeur général du Groupe BPCE en charge du digital, a indiqué que le Groupe comptait plus de 9 millions d’applications téléchargées et avait une audience supérieure à 15 millions de visites par semaine. Il a rappelé les raisons de sa présence et de ce Digital Networking : « Notre conviction forte, partagée en particulier ici dans la région Hauts-de-France, est que nous ne pouvons tout faire nous-mêmes. Nous avons besoin de travailler avec plein de startups et d’ETI innovantes. » Il a insisté aussi sur le pragmatisme qui le guide pour voir comment se transformer au mieux avec les startups présentes et qui l’a amené avec Pascal d’Orlandi, DG de BPCE Achats, à changer la manière de contractualiser avec les startups avec aujourd’hui un contrat spécifique, des facilités de paiement et d’adaptation de la propriété intellectuelle… « On veut être très réactif », plaide-t-il, expliquant que la banque commence à ouvrir ses data et envisage d’ouvrir ses API pour faire de l’accès à distance… Nous entrons dans un autre monde et un de mes objectifs, c’est qu’on puisse faire un maximum de business avec des boîtes françaises qui se créent. »

L’opportunité de cette rencontre découverte autour des évolutions digitales dans le monde bancaire, ils sont plus de 250 à l’avoir saisie, startups, incubateurs, institutionnels, entreprises, cadres, entités du Groupe BPCE…, tous intéressés par l’émulation en train d’émerger. Ils ont ainsi pu découvrir Pepper, robot spécialisé dans l’accueil et la présentation de la banque à distance en agence, l’authentification d’un client par la lecture sécurisée des informations issues de la puce de son passeport biométrique avec la société Serendptech, le projet « Bank Truck », concept d’agence itinérante découverte grâce à la réalité augmentée ou encore Pikaï, tirelire connectée intégrant la fonction de budgétisation de projets et adossée à un livret d’épargne détenu par un enfant. Ils ont pu aussi se faire présenter deux solutions de start-up régionales en test dans le Groupe BPCE, celle de management visuel numérique développée par Ping Flow et celle de transformation de la relation client développée par Critizr, ou même rencontrer un référent Achat régional pour une présentation de Startup Pass, dispositif qui simplifie les relations du Groupe BPCE avec les startups, ou des chargés d’affaires dans l’accompagnement des entreprises innovantes et des startups.

Au final, un rendez-vous digital en région de découvertes et de mises en relations pour imaginer les produits et services de la Banque de demain, première en région d’une série de plusieurs Digital Networking que le Groupe BPCE souhaite organiser sur tout le territoire.