TROPHÉES DE L’ÉCONOMIE RESPONSABLE – HAUTS-DE-FRANCE

“La RSE, un chemin pour le futur”

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9647 par

À l’occasion de la 23e édition des Trophées de l’économie responsable, organisée par le Réseau Alliances le 29 juin à la Cité des échanges de Marcq-enBaroeul, 14 entreprises ont été distinguées pour leur démarche responsable. Près de 500 participants ont répondu présent à la soirée annuelle des Trophées de l’économie responsable portée par le Réseau […]

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

À l’occasion de la 23e édition des Trophées de l’économie responsable, organisée par le Réseau Alliances le 29 juin à la Cité des échanges de Marcq-enBaroeul, 14 entreprises ont été distinguées pour leur démarche responsable.

D.R.

Tristan Reneaume, cofondateur d’Energic, lauréat espoir 2017.

Près de 500 participants ont répondu présent à la soirée annuelle des Trophées de l’économie responsable portée par le Réseau Alliances. “Nous n’avons jamais été si nombreux, l’événement est devenu incontournable. Et de plus en plus d’entreprises l’ont compris : la RSE est un chemin pour le futur”, a lancé Philippe Vasseur, président du Réseau Alliances et haut-commissaire à la réindustrialisation des Hauts-deFrance, en préambule de la cérémonie. Au menu de la 23e édition, un speedmeeting d’une petite heure a permis aux entrepreneurs d’échanger et de partager leurs démarches RSE. S’en est suivie la cérémonie de récompense où 14 lauréats ont été mis à l’honneur, contre 11 lauréats en 2016. “Chaque année, de nouvelles entreprises s’engagent dans une démarche responsable et montrent leur volonté de changement. Même les grosses entreprises tirent les TPE vers la RSE. De nouveaux modèles économiques sont en train d’émerger”, s’est réjouie Charlotte Calonne, chargé de projets Trophées, Réseau Alliances. Pour la promotion 2017, 700 entreprises ont été repérées, 30 entreprises ont été contactées, 16 ont vu leurs dossiers sélectionnés et 14 entreprises ont finalement été mises à l’honneur.

Nouveauté 2017. Ouverte pour la seconde année consécutive aux candidatures spontanées, le jury a pour la première fois récompensé des jeunes start-up. “Jusqu’à présent, nous attendions que les entreprises atteignent une certaine maturité ,mais nous nous sommes rendu compte que les pratiques de la RSE pouvaient être ancrées dans l’ADN, le cœur business de jeunes entreprises”, a souligné Philippe Vasseur. “La RSE est leur socle. Il faudra suivre le parcours de ces lauréats espoirs”, souligne Thérèse Lebrun, présidente du comité d’agrément 2017. Cinq start-up ont donc été distinguées (lire encadré ci-contre) et nous avons choisi de mettre en lumière deux démarches innovantes et originales.

Energic. Incubé au Village by CA et basé à EuraTechnologies Lille, Energic propose une solution digitale clés en main de coaching énergétique ludique et communautaire. Objectif : réaliser de 10 à 30% d’économie d’énergie des bâtiments tertiaires grâce à des challenges que relèvent les salariés. “Cette récompense est très importante, car nous vendons une solution RSE, c’est une très belle reconnaissance”, indique Tristan Reneaume, cofondateur d’Energic. Lancée il y a un an, la solution a déjà séduit du beau monde, à l’image de Vilogia et l’Université catholique de Lille. La jeune start-up ne cache pas ses ambitions : elle prévoit un déploiement national et international.D.R.

Flex’Ink. “Moins une imprimerie imprime, plus elle est rentable”, telle est la devise de Flex’ Ink, jeune imprimerie basée à Rinxent, près de Calais. Lancée l’an dernier, Flex’ Ink propose une solution innovante et un concept unique en imprimerie : le zéro gâchis. “Grâce à un stock virtuel Flex’Ink, nous n’imprimons que les documents nécessaires et ne jetons aucun document. C’est un modèle de rupture qui amène les gens à changer leur manière d’imprimer”, explique Julien Da Costa, président et fondateur qui ajoute : “C’est un grand honneur d’être récompensé, c’est le résultat de quatre années de travail.” Flex’Ink entend désormais proposer sa solution à d’autres imprimeries en France et devrait passer de trois à dix collaborateurs d’ici trois ans.

Pas de temps mort pour le réseau Alliances, les candidatures sont dès à présent ouvertes pour 2018…