Surtitre

À Ruitz, sur la zone industrielle, «La Brasserie» passe à la vitesse supérieure

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 9650 par

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

ACT'Studio

Depuis quatre années, David et Laëtitia Cardon dirigent «La Brasserie», un établissement qui a su se faire une place de premier choix en plein cœur de la zone industrielle de Ruitz.

David Cardon est un autodidacte : titulaire d’un BAC pro vente et représentation, d’un BTS comptabilité et du niveau BTS transport, tout le prédestinait cependant à reprendre l’entreprise familiale. «Mes parents dirigeaient une société de transport, elle avait été créée par mon grand-père. Tout petit je passais mes journées dans les bureaux et l’atelier.»
Face à la crise du monde du transport, David Cardon a décidé de prendre une autre direction. Tout a commencé par hasard dans la banlieue lyonnaise : «Mon beau-frère, restaurateur, m’a mis le pied à l’étrier. Il avait besoin de main-d’œuvre, j’ai tout appris à ses côtés : la plonge, le service en salle et les rudiments de la gestion d’un restaurant.»
Lorsque David et Laëtitia sont revenus dans la région, ils ont cherché une affaire à reprendre. Rapidement, ils ont trouvé une pizzeria sur Nœux-les-Mines, un établissement qu’ils ont fait prospérer avant de le revendre. «Après quelques années, nous avions besoin de changer, notre vie de famille en avait pris un coup, nous étions tout le temps au restaurant», justifie-t-il.
Alors qu’ils cherchaient une nouvelle activité, les époux Cardon sont passés, zone industrielle de Ruitz, devant un ancien restaurant à vendre. «Suite à la fermeture de l’établissement qui était installé sur la zone, le propriétaire cherchait à louer ou à vendre.»

Séminaires et réceptions. Après d’âpres négociations, David a réussi à le convaincre. «Nous voulions créer un nouveau concept, du qualitatif, de la cuisine traditionnelle, régionale, avec des produits frais, le tout dans une ambiance cosy.»
Pendant une année, les Cardon ont loué le bâtiment afin de tester leur activité, puis, finalement, en faire l’acquisition. «Pour lancer le concept, nous avons fait du porte-à-porte, nous nous sommes présentés. Nous avons tout de suite eu du monde. Nous n’avions pas le droit à l’erreur», se souvient-il.
Le risque était malgré tout assez limité en raison d’un réel besoin sur la zone. Alors, après le phénomène de curiosité, les clients sont revenus et devenus fidèles. David, qui, dans son premier métier, a travaillé sur des zones d’activités, le savait très bien : «Nous sommes à l’écoute des clients, nous faisons en sorte qu’ils passent un bon moment, qu’ils soient dépaysés le temps du repas.»
Rapidement, l’établissement, d’une capacité de 50 couverts et ouvert du lundi au vendredi le midi, arrive à saturation. «Pour répondre à la demande, nous avons décidé d’agrandir, mais, quitte à faire des travaux, nous avons souhaité proposer des services supplémentaires», indique David Cardon.
Outre une deuxième salle de réception entièrement modulable, l’établissement dispose maintenant d’une terrasse. Et David Cardon d’ajouter : «La salle modulable permet de répondre à différentes demandes : séminaires et réunions la semaine, réception et événements familiaux le week-end…»
Contents de leur choix, David et Laëtitia ont retrouvé une vraie vie de famille. Leur objectif pour les mois à venir est de continuer à faire connaître les services dédiés aux entreprises et aux familles. Leur établissement dispose dorénavant d’une capacité de 80 couverts.