Financement record

Une levée de fonds historique pour Vekia

Publié dans l'édition Nord N. 8852 par

C’est un record jamais enregistré à EuraTechnologies où l’entreprise Vekia est installée depuis ses débuts en 2008 : une levée de fonds de 12 millions d’euros. De quoi amorcer sérieusement son développement à l’international et permettre le recrutement de nouveaux collaborateurs.

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

C’est en grande pompe que l’entreprise nordiste Vekia a annoncé l’excellente nouvelle devant un parterre réunissant clients, élus et instances. Car ce n’est pas tous les jours qu’une start-up peut se vanter d’avoir réussi à lever 12 millions d’euros. L’entreprise, spécialisée dans la gestion des chaînes logistiques des distributeurs, avait déjà séduit des investisseurs à hauteur de 2,4 millions en 2015. Aujourd’hui, l’injection est six fois plus élevée. Un savoir-faire et une expertise reconnus, puisque Vekia est une référence mondiale en matière d’intelligence artificielle au service de la chaîne logistique.
Autrement dit, Vekia est capable de prévoir la demande et ainsi faciliter la gestion des approvisionnements. «Nous analysons les données du big data, comme la météo et les ventes historiques d’un produit, et notre logiciel est capable de prévoir les pics de ventes futurs. Ce qui permet une meilleure gestion des stocks et des marges plus importantes pour nos clients», explique Edouard Calliati, responsable marketing et communication. Parmi les clients utilisateurs, il y a bien évidemment les grands acteurs du commerce, mais aussi des industriels et des références du monde de l’automobile ou encore de l’énergie. Pour n’en citer que quelques-uns : Mr. Bricolage, But, Leroy Merlin ou encore Galeries Lafayette.

Leader en supply chain

«Vekia entre aujourd’hui dans une étape cruciale de son développement à la fois en France, en Europe et à l’international, déclare Manuel Davy, président fondateur de l’entreprise. Nous sommes désormais reconnu comme leader de l’intelligence artificielle et expert en matière de prévision de la demande et de la gestion des approvisionnements. Ce nouveau tour de table va nous aider à offrir des solutions de supply chain de nouvelle génération.» Cette forte connaissance sectorielle, couplée à des compétences techniques poussées, permettent aux utilisateurs de l’application d’optimiser à la fois les livraisons en magasins et en entrepôts grâce à cette précision, très fine, des demandes et des ventes. Une technologie, très avancée par rapport à leurs concurrents et qui permet des gains non négligeables : les clients économisent ainsi 3 à 4% de chiffre d’affaires grâce à une diminution potentielle des stocks de 8 à 30%. Ce qui représente plusieurs millions de chiffre d’affaires.

Créée en 2008 par Manuel Davy, Vekia est leader en prévisions sur le marché de la supply chain.

Cap vers l’international

Présente depuis un peu plus d’un an au Royaume-Uni, Vekia entend bien peser à l’international grâce à cette levée de fonds. «Notre activité à l’international avance doucement, renseigne Edouard Calliati. Pour l’instant, on se structure pour savoir quelle activité ciblée. Si tout va bien, mi-2018, voire fin 2018, nous comptons nous installer sur la côte est des États-Unis, avant de mettre le cap vers l’Asie. De très gros concurrents sont déjà implantés, mais notre expertise est plus poussée que la leur. Nos solutions ont une dizaine d’années d’avance.»

Composée d’une équipe de 60 personnes, l’entreprise entend doubler son effectif d’ici la fin d’année. L’accent sera mis sur les profils de développeurs et d’ingénieurs, mais également de chefs de projet et de R&D. «Le fait de séduire de nouveaux clients est plus aisé que de les concrétiser», confie Edouard Calliati. Vekia a donc sorti une nouvelle offre, unique sur le marché, baptisée «Try & Buy». Elle permet, notamment à de potentiels clients, de tester pendant plusieurs mois la solution à un tarif symbolique et de transformer l’essai une fois convaincus. Un vrai succès puisque depuis sa mise en place en janvier 2016, les objectifs commerciaux ont été dépassés.

Une confiance partagée par les investisseurs, notamment le fonds français Serena Capital et Bpifrance via le fonds Ambition numérique qui signent ce nouveau partenariat. «Nous avons eu beaucoup de chance, car de nombreux investisseurs se sont montrés intéressés, se réjouit Edouard Calliati. Nous allons, en outre, pouvoir bénéficier de leurs expertises respectives.»

Malgré son développement et cette impressionnante levée de fonds, Vekia entend préserver cet esprit «start-up». «En nous incubant, EuraTechnologies nous a permis de développer notre activité et de rayonner. Nous nous sentons très bien ici. Et si nous déménageons, ce sera certainement pour nous installer dans les futurs locaux de l’INRIA», à quelques mètres donc de là où ils sont aujourd’hui.

Phrase en grand et en gras dans texte

«En 2018, nous comptons nous installer sur la côte est des États-Unis, avant de mettre le cap vers l’Asie»