La BGE Roubaix-Tourcoing-Valléede la Lys récompense ses lauréats

Publié dans l'édition Nord N. 8358 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Comme chaque année, et ce, depuis 13 ans, le concours Talents se décline en deux étapes, une régionale et une nationale. Il récompense ainsi des projets porteurs d’emplois durables et participant au développement local. “Les candidats concourent dans huit catégories, soutenus chacun par les partenaires du concours Talents. Il y a par exemple l’artisanat et le commerce, l’économie sociale ou encore les services ainsi que les services à la personne. Quel que soit le projet, quel que soit l’âge, la seule condition pour concourir est d’avoir été conseillé et suivi par un réseau d’accompagnement”, explique Philippe Bourekouk, responsable territorial de la BGE. Tous les ans, un jury régional étudie plus de 250 dossiers pour nommer ses lauréats.

 Mais avant de concourir au prix régional, le jeudi 8 septembre, avec en moyenne un prix de 1 600 euros, puis d’aller représenter la région au concours national avec des prix variant en moyenne de 4 000 à 10 000 euros, chaque territoire récompense ses lauréats, une première étape avant la finale régionale. Dur choix pour la BGE Roubaix- Tourcoing-Vallée de la Lys qui, l’année dernière, a enregistré pas moins de 340 créations et reprises d’entreprise, réparties moitié à Roubaix et moitié à Tourcoing. “Cette année est une année assez représentative de l’activité économique du territoire. Une trentaine de candidatures ont été retenues pour nommer cinq lauréats avec toutefois quatre mentions spéciales supplémentaires”, poursuit Philippe Bourekouk.

 La force d’un réseau. Chaque entrepreneur a un parcours qui lui est propre, une histoire, des expériences différentes qui l’ont amené à créer son entreprise. Mais quel que soit leur cursus, ils ont tous, à un moment donné, franchi la porte de leur BGE. Albert Ingom Youmba, créateur du Ravy transports express à Roubaix, témoigne : “Honnêtement, je ne regrette pas d’avoir poussé la porte de la BGE car, autant je portais le projet en moi depuis cinq ans, autant, sans le savoir, je n’étais pas encore prêt. Grâce à la BGE, je n’ai pas foncé tête baissée. Ils m’ont permis de prendre du recul et de me poser les bonnes questions.” Pour certains, c’est dans le réseau de la BGE qu’ils ont puisé leur force comme en témoigne Anne Leruste qui a créé un dépôt-vente de robes de mariée à Wasquehal. En effet, pour cette ancienne infirmière, c’était un moyen d’échanger sur des problématiques communes avec d’autres créateurs, d’autres chefs d’entreprise afin de ne pas se sentir seule.

 Pour d’autres, et c’est un aspect crucial, être accompagné par la BGE a été un gage de qualité auprès de partenaires financiers. Pour tous, le principal avantage de la BGE est d’être entouré de personnes de confiance qui apportent une aide très importante.