Ingénierie, formations , ateliers /conseils

Ergo sport apprend aux entreprisesà s’occuper du bien-être du salarié

Publié dans l'édition Nord N. 8360 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Cela fait deux ans que je travaille sur la création d’une entreprise. C’était le thème de mon mémoire. J’ai d’abord été suivi par l’Aditec de Béthune pour réaliser une étude de marché. Je me suis associé avec un ancien prof de fac qui a, lui aussi, créé sa société. C’est un gain de motivation et il peut aussi me faire bénéficier de son réseau. A l’origine, j’avais imaginé du coaching sportif en entreprise puis le projet a évolué vers le bien-être du salarié”, explique Mathieu Duchatel. Les entreprises se sont rendues compte que le bien-être du salarié assure la pérennité de leur développement, “mais elles considérent encore cela comme un coût” regrette le jeune chef d’entreprise. Et pourtant, qui dit bienêtre dit gain de productivité et véhicule une image positive de l’entreprise. “Le Nord-Pas-de- Calais est lanterne rouge en ce qui concerne les maladies du travail et les troubles musculosquelettiques. Il y a donc beaucoup à faire. E2TS propose une prestation globale, ce n’est pas uniquement du coaching sportif mais une réelle démarche de bien-être”, poursuit-il.

Prestations. Parce que le bienêtre du salarié passe aussi par un poste de travail adapté, E2ST préconise un matériel adapté et étudie le mobilier pour éviter les troubles musculo-squelettiques. E2ST travaille pour cela avec la médecine du travail. La formation fait aussi partie des compétences de l’entreprise basée à Eurasanté : “Nous formons des salariés à animer des séances de réveil musculaire car il n’est pas toujours évident de mettre à disposition quotidiennement un coach sportif. Les entreprises ne veulent pas faire ça sur leur temps de travail. Si elles demandent aux salariés de venir avant, ils ne viennent pas. L’idéal, ce serait d’inclure ces séances dans le temps de travail”, explique Mathieu Duchatel. E2TS fait aussi intervenir des professionnels pour des cours d’activité physique au sein de l’entreprise. “On peut facilement aménager une salle de réunion. Mais si ce n’est pas possible, on s’arrange pour disposer d’une salle communale. Cela permet aussi aux salariés de sortir de l’entreprise.” Même si la demande est là, les entreprises françaises sont encore frileuses pour s’aventurer dans ce domaine alors que les pays du Nord l’ont d’ores et déjà intégré. Mathieu Duchatel observe une forte demande de la part des TPE et PME. Il existe d’ailleurs des aides techniques et financières, mais souvent méconnues, auprès de l’Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail) ou de l’assurance maladie. Mathieu Duchatel espère bientôt louer un bureau à Eurasanté (pour l’instant, il dispose uniquement d’une boîte aux lettres et travaille à domicile).