“L’intelligence économique,c’est de s’implanter à Lille”

Publié dans l'édition Nord N. 8442 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

161. C’est le nombre de projets de développement, d’implantation ou de relocalisation d’entreprise accompagnés par les structures (hors réseau consulaire), soit la création nette de 880 emplois. Ces projets ont été accompagnés en termes d’ingénierie : information, mise en relation avec des partenaires techniques ou financiers, recherche immobilière et foncière. Soit l’équivalent de plus de 115 600 m2 de surfaces commercialisées, en majorité pour des bâtiments industriels ou logistiques. Parmi les secteurs les plus accompagnés, 40% concernent l’économie numérique et les industries créatives, 20% le tertiaire et 8% la biologie, santé, nutrition et agroalimentaire. Deux tiers de ces projets se sont implantés sur les sites d’excellence de la région : EuraTechnologies, Eurasanté, Euralille, l’Union et le parc scientifique de la Haute-Borne. “En ayant fait des choix pertinents, le territoire de Lille Métropole commence à en percevoir les bénéfices”, analyse Nicolas Lebas, vice-président Lille Métropole en charge des TPE-PME. Des sites dont l’excellence ne fait plus aucun doute : en 2011, la surface commercialisée d’Eurasanté a augmenté de 11 000 m2, correspondant à sept extensions d’entreprises déjà implantées sur le site.

4 963. La CCI Grand-Lille a enregistré 4 963 créations et 480 reprises en 2011, pour un total de 14 084 emplois créés. Des résultats plutôt surprenants : “Tant en création, qu’en reprise ou en développement, les entreprises ont des meilleurs résultats que ce que nous avions espéré. La région s’en sort mieux que les autres par les filières d’excellence, notamment par le tertiaire supérieur1”, détaille Philippe Hourdain, président de la CCI Grand-Lille. Les services prédominent avec 55% des créations, arrive ensuite le commerce avec 32% (25% pour le commerce de détail, 7% pour le commerce de gros). On observe néanmoins une baisse de 5% des créations d’entreprise sur la Métropole, essentiellement par l’entrée du régime de l’auto-entrepreneur qui entre en phase de croisière. A ce jour, ce régime représente plus d’une création sur deux.

Stabilité dans les implantations. Quant aux implantations d’entreprises exogènes dans la métropole lilloise, elles confirment l’attractivité de Lille et ses alentours : en 2011, 34 entreprises générant 888 emplois s’y sont installées, dont plus de la moitié résulte d’implantations à capitaux étrangers. On peut notamment citer le Suédois Booking.com arrivé il y a presque un an à Tourcoing et créateur de 150 emplois. L’année 2012 a aussi vu s’implanter Call Expert à Roubaix, sur un ancien site de La Redoute. “On vend l’idée aux étrangers qu’il n’y a qu’une seule porte d’entrée : Lille. Il faut se comparer aux villes qui intéressent les investisseurs. L’intelligence économique, c’est de s’implanter à Lille”, se passionne Luc Doublet, président de l’Apim.

2012 sera une année riche ! Nicolas Lebas, Philippe Hourdain et Luc Doublet n’ont pas manqué de citer les grands événements de l’année : Futurallia en juin prochain, une grande convention d’affaires internationale qui devrait accueillir et mettre en relation plus de 600 dirigeants d’entreprise, pour la première fois à Lille. Mais aussi, en juillet, la livraison sur le site d’EuraTechnologies du premier bâtiment du futur Campus de l’innovation, équipement visant à faire émerger la ville et l’entreprise 2.0. Enfin, au troisième trimestre, le Ceti sera inauguré et la plate-forme Purifunction, futur leader européen de la production à façon de lots cliniques en nutrition santé, démarrera son activité à Eurasanté fin 2012. C’est également en 2012 que le parc scientifique de la Haute-Borne accueillera le projet Ifmas, labellisé en mars dernier “Institut d’excellence sur les énergies décarbonnées”.