Help’Kdo surfe sur le créneaudu cadeau perso

Publié dans l'édition Nord N. 8442 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Fabienne Langlet s’est positionnée sur le marché du cadeau personnalisé.

Fabienne Langlet s’est positionnée sur le marché du cadeau personnalisé.

Quand elle était jeune, Fabienne Langlet voulait déjà avoir sa petite entreprise. Avant même de décrocher son bac sciences médico-sociales, elle voulait être à son compte, et plus précisément à la tête d’un commerce de petits savons, “parce que j’adore l’idée de pouvoir créer avec une multitude de couleurs et de senteurs différentes” éclaire Fabienne Langlet. “A cette époque, ce n’était pas possible, poursuitelle. Je suis quand même partie dans le commerce mais comme hôtesse de caisse pendant dix ans, puis aux côtés de ma soeur qui tenait un hôtel-brasserie pendant cinq ans.”

Broderie, flocage, badge. Mais quand sa soeur met fin à son affaire, l’époque a changé, Fabienne Langlet a gagné en maturité et en expérience dans le métier. Elle renoue avec son rêve d’adolescence, achète une extrudeuse, part en stage à Avignon et se lance dans la création de petits savons. Mais la clientèle fait défaut et face aux contraintes administratives de plus en plus lourdes, le rêve tourne court. Mais Fabienne Langlet rebondit vite. “Mes savons étaient vendus à l’unité ou dans des petits coffrets avec des accessoires pour le bain. De plus en plus souvent on me demandait de personnaliser ces accessoires, de broder un prénom sur les serviettes par exemple. J’ai vite compris qu’il y avait une vraie demande dans ce créneau du cadeau personnalisé.” Fabienne Langlet commence par investir dans une brodeuse puis, de fil en aiguille, l’activité s’est développée vers le flocage, l’impression et le badge pour donner naissance en 2011 à Help’Kdo.

Un rêve devenu réalité. Floquer un T-shirt à l’effigie de son club de foot préféré, broder ses initiales sur le linge de toilette, mettre la photo de ses petitsenfants sur son tapis de souris, imprimer sur un coussin une photo de vacances, offrir des puzzles personnalisés pour le baptême du petit dernier, etc. L’opération peut se répéter sur des tabliers, des sous-verres, des cravates, des chopes, des badges, des vêtements de carnaval… La palette est large ! “La base c’est le cadeau personnalisé. A partir de là, on peut tout faire”, résume la dirigeante. “Le carnaval est une période faste, commente cette dernière. Je travaille beaucoup avec les associations carnavalesques qui me demandent des broderies de Jean Bart, des badges à leur nom, des écussons aux armes de la ville, etc. Le reste de l’année, je travaille avec les particuliers et de plus en plus d’entreprises. Les dirigeants veulent mettre leur logo sur des objets publicitaires ou sur des objets du quotidien, comme les blouses des salariés par exemple. Puis, il y a aussi les clubs sportifs qui viennent pour faire floquer les prénoms des joueurs sur les maillots… Maintenant, il faut que je trouve un nouveau créneau à développer en été qui reste la période la plus creuse pour cette activité.” Personnaliser son parasol, son paravent ou sa serviette de plage ? Ce serait pratique pour retrouver ses affaires après une partie de raquettes ou être allé piquer une tête. “Il reste à creuser l’idée, mais déjà je suis contente, poursuit l’intéressée. Depuis un an, ça se développe tout doucement, essentiellement par le bouche à oreille. Je vais faire un peu plus de salons et d’expositions pour continuer à me faire connaître. Aujourd’hui, je touche du bout du doigt mon rêve d’adolescente de diriger mon entreprise.”