Schoonaert et la Caso :des objectifs communs

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8441 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Philippe Schoonaert, dirigeant de l’entreprise éponyme, lors de la remise de la certification Afnor, à Saint-Omer le 10 avril dernier.

Philippe Schoonaert, dirigeant de l’entreprise éponyme, lors de la remise de la certification Afnor, à Saint-Omer le 10 avril dernier.

Le transport urbain et collectif de l’Audomarois a trouvé son opérateur. La société Autocars Schoonaert a reçu des mains de la délégation régionale d’Afnor son certificat relatif au service de transport urbain de voyageurs. “L’entreprise s’est engagée dès 2009 dans une démarche qualité concernant l’exploitation des lignes du réseau de la Caso qu’elle exploite. L’implication de l’ensemble des acteurs de la démarche a permis de conduire avec succès le projet de certification ‘NF services’ délivré par l’Afnor, obtenu en janvier 2010 puis renouvelé un an plus tard”, indique la direction de Schoonaert. Pour l’obtenir, l’entreprise a été notée sur de nombreux critères comme la régularité, la ponctualité, la qualité des informations délivrées aux usagers dans le bus et aux points d’arrêt ou par téléphone, en situation normale ou de perturbations, l’attitude des conducteurs, la fiabilité et la propreté des véhicules, la gestion des réclamations… La certification porte sur deux des quatre lignes du réseau. Celui-ci va se développer à grande échelle à la prochaine rentrée scolaire. Casobus est en train de trouver son modèle économique et ses chiffres le prouvent.

14 autocars et un extension du périmètre. Si l’entreprise marque un point à quelques mois de l’extension du périmètre (et des lignes) du réseau de transport de la Caso, ce sont les usagers qui vont bientôt pouvoir bénéficier des services supplémentaires. Aujourd’hui, les trois bus du réseau transportent 900 000 scolaires par an (plus de 2 000/jour). A cela, il faut ajouter 80 000 clients payants. Un succès indéniable. Demain, Casobus sera doté de 14 autocars supplémentaires qui irrigueront l’ensemble du Pays de Saint-Omer. Le changement d’échelle fait franchir un cap au territoire : à titre d’exemple, le centre-ville de Saint-Omer sera desservi 47 fois dans la journée, entre 6h30 et 20h. Les territoires ruraux ne sont pas oubliés avec Casotad, mis en service à la rentrée de 2008, qui dessert à la demande 12 communes rurales. La société Schoonaert a été désignée délégataire pour l’actuel et nouveau périmètre de Casobus. L’entreprise devra acquérir de nouveaux autocars pour répondre à la demande. Avec un prix d’environ 1 euro le ticket et un coût d’un peu plus de 3 euros le km parcouru, la collectivité abonde au compte d’exploitation de son délégataire comme dans toute DSP. Pour autant, l’enjeu réside dans le service apporté, l’utilisation grandissante des transports collectifs et le développement de l’emploi. Avec les nouvelles lignes prévues pour la rentrée, Casobus devrait employer 25 équivalents temps plein. Pour Schoonaert, ce sera des nouveaux conducteurs.