Mieux gérer le stress au travail

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8443 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Joseph Pietrzyk (au centre), aux côtés de Daniel Delcroix, de la mairie de Billy-Berclau, et Sylvie Guillet, directrice de l’Inset de Dunkerque pour l’ouverture du congrès.

Joseph Pietrzyk (au centre), aux côtés de Daniel Delcroix, de la mairie de Billy-Berclau, et Sylvie Guillet, directrice de l’Inset de Dunkerque pour l’ouverture du congrès.

Une fois par an, l’union régionale Nord-Pas-de- Calais du Syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales tient son congrès. Il s’agit d’une journée conviviale de rencontre permettant aux DGS d’évoquer les problèmes qu’ils peuvent rencontrer dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Ce rendez-vous leur permet aussi de se former sur différentes thématiques. “Cette journée a été placée sous le signe du bien-être au travail”, explique Joseph Pietrzyk, président sortant.
Un choix qui n’est pas anodin, le bien-être étant une des clés de la réussite. “Parfois, de façon non intentionnelle, un responsable hiérarchique peut répercuter son stress sur ses collègues, notamment dans des périodes de changement, d’adaptation, de réorganisation. Dans un contexte de réforme territoriale, il est parfois difficile de travailler de manière sereine”, poursuit-il. Dans le cadre de cette journée, il a été décidé d’aborder le stress que peuvent subir les salariés du secteur public via une pièce de théâtre – On ne badine pas avec le stress –, écrite par Christian Poissonneau. Ceci dans le but de sensibiliser sur les dégâts que peuvent engendrer des excès de stress. La thématique s’est poursuivie avec deux interventions sur les aspects organisationnels et relationnels du management, l’objectif étant d’expliquer que les cadres intermédiaires et dirigeants sont vecteurs de bien-être ou de mal-être au travail par leur implication dans les modes de travail et d’organisation.

Réunion élective. Le congrès Nord-Pas-de-Calais s’est terminé par le renouvellement des instances (présidents départementaux et président de l’union régionale). Joseph Pietrzyk, qui avait déjà