Un accord-cadre pour l’UIMM etle réseau CFAI-AFPI/ARML

Publié dans l'édition Pas de Calais N. 8443 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

 

Les représentants des différentes entités ont signé l’accord-cadre permettant de faciliter l’accès des filières techniques aux jeunes.

Les représentants des différentes entités ont signé l’accord-cadre permettant de faciliter l’accès des filières techniques aux jeunes.

C’est pour répondre aux besoins d’emploi et de formation des jeunes dans les métiers de la métallurgie que l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM), le CFAI de la région Nord-Pasde- Calais, le réseau des AFPI (association de formation professionnelle de l’industrie) et l’Association régionale des missions locales Nord-Pasde- Calais (ARML) ont décidé de signer un accord-cadre. Déjà par le passé, plusieurs partenariats avaient été mis en place et ce n’est pas la première fois que ces différentes entités travaillent ensemble. “Il s’agit aujourd’hui de renforcer les partenariats déjà engagés avec les 27 missions locales de la région”, soulignait Serge Merlier, président de l’UIMM. Après la signature d’un accord national le 1er mars dernier, il semblait logique que les réseaux régionaux se lancent dans la mise en place de plans visant à favoriser plus encore l’accès des jeunes à l’apprentissage. En outre, il est maintenant question de permettre à chacun, acteurs de l’emploi comme jeunes, d’avoir une meilleure connaissance des métiers et des besoins du secteur des industries de la métallurgie, tout comme favoriser l’orientation vers les filières de la métallurgie des publics accompagnés. “Tout en développant la montée en qualification du public par l’alternance et la formation continue, nous souhaitons également répondre par cet accord-cadre aux besoins d’emploi et de formation des jeunes, du territoire et des entreprises”, poursuivait Jean- Claude Stiévenard, président CFAI formation. Et d’insister sur le fait qu’aujourd’hui, il est de plus en plus difficile de trouver des jeunes motivés, une situation paradoxale quand on sait que les entreprises cherchent des compétences.