Colloque à Jeumont

Ne pas laisser passerles financements européens

Publié dans l'édition Nord N. 8374 par

 

Vous devez être connectés pour visualiser cet article

Feder, FSE, Feader, Inter reg… Ces sigles désignent des dispositifs et programmes permettant de décrocher des cofinancements d’origine européenne. Ces outils administratifs, lourds à manier, formalistes, complexes, ne sont pas forcément bien connus de tous les acteurs d’un territoire donné. En revanche, ils sont familiers aux spécialistes rompus à chasser les subventions, à les obtenir, à les dépenser et à justifier de leur bon usage. Ceuxlà ont assurément un avantage sur les autres.

Au printemps dernier à Jeumont, dans la gare en partie transformée en “plate-forme d’art et de technologie numérique”, de nombreux représentants de la Sambre-Avesnois (consulaires, associatifs, intercommunaux, etc.) ont été invités à un colloque dont le message global pouvait se résumer ainsi : des trains de subventions européennes passent (en ce moment, c’est ceux de la période 2007-2013) et peuvent être très utiles pour le développement de votre territoire ; ne les laissez pas passer, les services de la Région et de l’Etat disposent de “l’ingénierie” pour vous aider…

Pour filer la métaphore ferroviaire, les orateurs du jour, venus faire de la pédagogie, ont reconnu que s’il n’y avait pas de guichet unique, il y avait en revanche des “aiguillages” à la disposition des porteurs de projet, publics ou privés, ayant des initiatives d’intérêt public à cofinancer. Sur 1,5 milliard d’euros disponibles, a-t-il été dit, 40% seulement seraient engagés dans des programmes.

La première réunion du genre, d’information et d’échanges sur le maniement de ces crédits européens, s’est déroulée sur le territoire considéré comme étant le plus sinistré de la région, avec l’appui de l’agglomération Maubeuge Val de Sambre et de la ville de Jeumont.

Ce jour-là des ateliers thématiques ont été organisés. On a ainsi parlé, notamment, des bonnes et mauvaises pratiques, des délais à respecter, bref de l’art de capter les crédits dits “mobilisables”.